« Etes-vous allergique ? » : la question est nécessaire mais pas toujours suffisante !

De nombreuses études épidémiologiques sur l’asthme et la rhinite allergique sont fondées sur des symptômes auto-rapportés ou sur un diagnostic posé par un médecin. Les résultats d’un travail mené chez 702 femmes enceintes dans la région de Détroit remettent en question cette approche.

Ces patientes ont été soumises à un questionnaire pour savoir si elles souffraient de symptômes de rhume des foins, de rhinite allergique ou d’asthme, quelle influence avait l’exposition aux allergènes et si un diagnostic d’allergie avait été porté par un médecin à leur encontre. Chez toutes, le taux d’IgE spécifiques de 9 allergènes communs a été mesuré (2 acariens, chat, chien, blatte, ambrosia, phléole, blanc d’œuf et alternaria). Un diagnostic d’atopie sérologique a été porté sur la positivité pour au moins un allergène (taux ≥ 0,35 kU/L) : cela a été le cas pour 66,7 % des femmes présentant des symptômes de rhume des foins, 68,3 % de celles dont le médecin avait posé un diagnostic d’asthme et 72,1% de celles qui étaient dans les deux cas.

Ces résultats étaient statistiquement différents de ceux obtenus chez les sujets asymptomatiques : dans ce groupe, une atopie sérique a été observée chez 49,8 % des patientes sans rhume des foins et chez 50,4 % des non asthmatiques.
Les symptômes liés à une exposition allergénique n’étaient que modestement révélateurs d’une sensibilisation à l’allergène en question (valeur prédictive positive de 26,5 à 50,3%).

Le recrutement parmi une population de femmes enceintes pourrait influencer le taux de symptômes auto-rapportés de rhinite. Cependant, ce travail permet de souligner la faible corrélation entre symptômes auto-rapportés et atopie sérologique mais aussi entre l’existence d’un diagnostic de rhinite allergique ou d’asthme porté par un médecin et l’existence d’une atopie sérique.

On ne peut donc se contenter de réponses à un questionnaire pour évaluer de manière fiable la présence d’une atopie dans une étude épidémiologique : la réalisation d’un dosage d’IgE spécifiques ou de tests cutanés est indispensable...

Dr Geneviève Demonet

Référence
Abraham C et coll. : «The relationship between seroatopy and symptoms of either allergic rhinitis or asthma.» J Allergy Clin Immunol 2007 ; 119 : 1099-104.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article