Les statines réduiraient le risque de cancer du poumon

Le cancer du poumon est la première cause de décès par cancer aux Etats Unis, soit à peu près 160 000 décès par an en 2005. On sait que le tabagisme en est un facteur de risque majeur, sur lequel une intervention est possible, mais on ne connaît pas à ce jour d'agent protecteur.
Les inhibiteurs de la 3-OH-MetCoA réductase, appelés statines, sont actuellement utilisés dans le traitement des hypercholestérolémies, et dans des protocoles de prévention des accidents cardiovasculaires. Des études épidémiologiques ont montré leur effet bénéfique sur la survenue de cancers.

Cette étude rétrospective cas-contrôle a été menée à partir de l’étude des dossiers de patients suivis dans un centre de soins pour Vétérans entre 1998 et 2004. Les malades, atteints d’un cancer primitif du poumon, ont été comparés à une population témoin "contrôle"(sujets ayant été soignés pour une autre maladie dans ces centres médicaux), par une analyse multivariée portant sur plusieurs facteurs de risques. Afin d'évaluer l'effet protecteur des statines, une régression logistique a été réalisée qui tenait compte de l'âge, du sexe, de la race, de l'indice de masse corporel, du tabagisme (ici non daté et non quantifié), de l'alcoolisme et du diabète. Lorsqu'il manquait des données sur le tabagisme, les patients étaient exclus de la régression. La durée et la date de prise de statine avant la découverte du cancer était notifiée, mais pas leur type ni leur dosage.

Au total, l'étude a porté sur une population de 483 733 patients dont 7 280 cas de cancer bronchique (1,5 %) et 163 662 (33,8 %) patients recevant des statines.  Parmi les sujets atteints de cancer, 27,4 % recevaient des statines versus  33,9  % pour ceux sans cancer. La régression logistique a démontré une diminution du risque de cancer de poumon de 55 % grâce à la prise de statines (odd ratio ajusté ORa =0,45, intervalle de confiance à 95 % IC [0,42-0,48], p<0,01). L'âge moyen des cancéreux était de 68+/-10 ans, l’âge moyen des contrôles 61+/-15 ans, et 73 % des cancéreux fumaient (non quantifié, non daté), facteur de risque retrouvé chez 59,2 % des contrôles avec un ORa de 2,13 pour le tabagisme (non quantifié).

En fonction de la durée d'utilisation des statines, l'effet protecteur existait pour une prise supérieure à 6 mois. L'ORa diminuait avec la durée de la prise : prise depuis 1 à 2 ans : OR=0,7, et prise depuis plus de 4 ans : OR=0,23. Cet effet protecteur se maintient chez les fumeurs, et quels que soient les autres désordres métaboliques associés.
Les statines semblent donc avoir un effet protecteur vis-à-vis du cancer bronchique, et des études randomisées prospectives seraient nécessaires pour confirmer cette observation.

Dr Isabelle Herry

Référence
Khurana V et coll. : “Statins Reduce the Risk of Lung Cancer in Humans: A Large Case-Control Study of US Veterans.” Chest 2007; 131 : 1282-1288

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article