La stimulation du noyau sous thalamique n’est décidément pas une bonne option pour les parkinsoniens de plus de 65 ans

La stimulation du noyau sous thalamique (NST) est devenu le gold standard du traitement chirurgical de la maladie de Parkinson. Son efficacité à court terme est parfaitement démontrée avec une diminution de 60 % du score moteur en état off, mais aussi à moyen terme avec une diminution des périodes d’akinésie de fin de dose, d’état on-off, de dyskinésies, de dystonie en off et une réduction de 50 % de la dose de médicaments. Les effets indésirables (prévalence estimée à 4 %) sont en rapport avec la procédure chirurgicale (embolie, septicémie, hémorragie cérébrale, confusion) ou à un effet lésion ou stimulation des structures proches de la cible (apraxie de l’ouverture des yeux, prise de poids, état hypomane, dysarthrie, freezing, apathie, dépression, syndrome dysexécutif, dyskinésies. Il est actuellement recommandé de réserver cette chirurgie aux patients de moins de 65 ans.

Cependant certains auteurs ont considéré que l’on pouvait proposer celle-ci à des malades plus âgés. Une équipe de Clermont Ferrand vient de rapporter  dans Neurology leur expérience dans ce domaine. Ils ont en effet comparé les résultats de l’évaluation clinique  sur une période de 2 ans de la stimulation du NST chez 54 patients de moins de 65 ans à ceux observés chez 34 patients de plus de 65 ans. La diminution du score moteur a été similaire dans les 2 groupes. Par contre l’aggravation du score moteur UPDRS III et du score moteur axial a été statistiquement plus significative dans le groupe âgé. Cette différence a été observée aussi en terme de qualité de vie et de handicap général (score de Schwab et England).

 La fréquence des effets indésirables était similaire dans les 2 groupes mais 8 patients ont présenté une démence après 2 ans d’évolution. Cette étude démontre l’efficacité de la stimulation sur les signes moteurs même après 65 ans mais la fréquence des troubles axiaux et le risque de troubles cognitifs limitent son application chez le sujet âgé confirmant le bien fondé des recommandations des auteurs français ayant développé cette technique.

Dr Christian Geny

Références
Derost PP et coll. : “Is DBS-STN appropriate to treat severe Parkinson disease in an elderly
population? » Neurology 2007; 68 : 1345–1355

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article