Nouvelles explorations sur les anomalies structurales dans le cerveau des schizophrènes

La schizophrénie est une affection psychiatrique redoutable très fréquente. Le regard porté sur cette pathologie a beaucoup évolué en raison de l’identification de déficits cognitifs et de la mise en évidence d’anomalies structurales du cerveau de ses patients. Ces résultats ont permis d’abattre les barrières entre le monde des neurosciences et de la psychiatrie, offrant ainsi de nombreuses perspectives. Il a été démontré chez les schizophrènes une augmentation du volume des ventricules latéraux et une diminution de volume du cortex cérébral. Les études in vivo du volume cérébral ont beaucoup progressé depuis que l’IRM volumétrique est disponible. Toutefois, les différentes études effectuées avec ces techniques ont rapporté des résultats discordants. De même, les études neuropathologiques ont montré des anomalies subtiles dans le cortex préfrontal, entorhinal et cingulaire antérieur mais aussi dans des régions sous corticales. Ces résultats discordants peuvent être expliqués par des fluctuations d’échantillonnage mais aussi par des limitations de la technique.

C’est pour ces raisons qu’une équipe hollandaise a entrepris un travail neuropathologique particulièrement rigoureux sur ce sujet avec une technique plus fiable, la stéréologie haute précision. Ils ont effectué une mesure du volume cérébral, du nombre et de la densité de neurones dans 5 régions du cerveau de 13 patients schizophrènes et de 13 sujets contrôles appariés. Ils ont ainsi constaté une diminution de 5 % de la taille des 2 putamens et de 12 à 17 % de celle du noyaux latéral de l’amygdale D et G. Le nombre des neurones était diminué en moyenne de 8 à 16 % dans les noyaux caudés, les putamens  et les noyaux latéraux des amygdales. L’implication du striatum dans la schizophrénie est connue de longue date. Les noyaux amygdaliens  interviennent  dans l’activation des certains circuits cérébraux selon le contexte émotionnel. Pour ces auteurs, ces résultats sont en faveur d’un trouble du développement neural du striatum dorsal et de l’amygdale basolatérale expliquant notamment les perturbations des émotions chez le schizophrène.

Dr Christian Geny

Référence
Kreczmanski P et coll. : “Volume, neuron density and total neuron number in five subcortical regions in schizophrenia.” Brain 2007, 130 : 678-692

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article