Angioplasties coronaires : les sujets obèses sont-ils vraiment à moindre risque ?

L’obésité est un facteur de risque cardiovasculaire reconnu. Cependant, les études observationnelles indiquent que les patients obèses auraient un meilleur pronostic vital que les non obèses dans les suites d’une angioplastie coronaire. Une équipe américaine a cherché à savoir si les obèses ont également un meilleur pronostic dans le cas spécifique des angioplasties pratiquées dans le contexte d’infarctus du myocarde (IDM).

La série analysée (n=2 325) comportait 70 % de patients obèses (index de masse corporelle [IMC] ≥ 30) ou en surcharge pondérale (IMC entre 25 et 29,9). Les lésions coronariennes étaient angiographiquement semblables dans les différents groupes de patients (poids normal, surcharge pondérale et obésité). Les résultats post angioplastie ne différaient pas non plus entre les groupes.

L’analyse indique finalement que les patients obèses ont eu une moindre mortalité que ce soit en peropératoire, à 6 mois ou à 12 mois. L’analyse multivariée retrouve cependant que les principaux facteurs prédictifs de décès à 12 mois sont l’âge (> 70 ans), un résultat post angioplastie angiographiquement insuffisant, la sévérité des lésions coronaires et une atteinte vasculaire périphérique associée.
 
Il semble en fait que les patients obèses aient constitué une population au profil de risque différent : ils étaient en effet plus jeunes (6 ans de moins en moyenne), mais aussi plus souvent diabétiques, hypertendus et dyslipidémiques.
 
Une explication plausible, mais probablement partielle, à ces résultats, à première vue surprenants, pourrait être justement l’âge des patients au moment de l’IDM. Le plus jeune âge des patients obèses aurait joué un rôle déterminant sur la survie. De plus, ayant une comorbidité marquée, les sujets obèses pourraient avoir bénéficié finalement d’une meilleure prise en charge globale. La question reste ouverte.

Docteur Olivier Meillard

Référence
Mehta L et coll. : Impact of body mass index on outcomes after percutaneous coronary intervention in patients with acute myocardial coronary infarction. Am J Cardiol 2007 ; 99 : 906-10.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article