Cancer du sein de la femme âgée : la radiothérapie après chirurgie conservatrice affecte-t-elle la qualité de vie?

Chez la femme âgée, certains cancers du sein sont considérés comme à faible risque de récidive après chirurgie conservatrice. Il s’agit des lésions de taille raisonnable (T0-T2) sans envahissement ganglionnaire (N0) ni métastases (M0). Une radiothérapie n’est en pas moins préconisée par certains en plus du traitement endocrinien, avec un luxe de précaution qui répond au principe du même nom. Il est licite de s’interroger sur le bien-fondé d’une telle stratégie thérapeutique. Un essai randomisé, réalisé au Royaume-Uni, apporte des éléments de réponse. 

Ce travail a été conduit chez des femmes âgées d’au moins 65 ans atteintes d’un cancer du sein, répondant aux critères précédemment définis, dans le but d’évaluer le rapport coût/efficacité de la radiothérapie adjuvante et son impact sur la qualité de vie. La seule différence significative entre les groupes de patientes était la réalisation, ou non, d’une radiothérapie.

Au terme d’un suivi de 15 mois, la qualité de vie s’est avérée globalement comparable dans les 2 groupes. Il faut néanmoins souligner que les sous-échelles du questionnaire EORTC ont révélé quelques désagréments liés à l’irradiation à court terme : des symptômes mammaires plus fréquents et une asthénie plus profonde, tout autant qu’une diminution plus marquée des aptitudes fonctionelles, ont été rapportés par les femmes irradiées, tout au moins à court terme. L’insomnie et les troubles endocriniens ont été paradoxalement moins fréquents dans ce groupe, de même que la crainte d’une récidive. Les problèmes logistiques inhérents à la radiothérapie, en termes de transport, de coûts liés à ceux-ci et de contraintes sont cependant apparus évidents. Des problèmes cosmétiques ont été induits par ce traitement, mais ceux-ci n’ont pas eu d’impact significatif sur la qualité de vie. Les coûts induits par l’irradiation ont été évalués à 2000 £ par malade. Aucune récidive n’a été décelée dans les deux groupes comparés.

Cette étude suggère qu’à moyen terme (15 mois), la radiothérapie adjuvante utilisée chez la femme âgée atteinte d’un cancer du sein à faible risque de récidive n’a pas d’impact décisif sur la qualité de vie. Force est cependant de reconnaître que son rapport coût-efficacité ne peut être considéré comme « a priori favorable ».

La démonstration est cependant incomplète et il faut bien-entendu des résultats à plus long terme pour se prononcer définitivement sur l’utilité de cette stratégie thérapeutique adjuvante dans un tel contexte.

Dr Peter Stratford

Référence
Prescott RJ et coll. : A randomised controlled trial of postoperative radiotherapy following breast-conservative surgery in a minimum risk older population. Health Technol Assess 2007 ; 31 : 170-178.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article