Maladie de Crohn et grossesse : attention au choix du traitement

La maladie de Crohn (MC) n’est généralement pas associée à une diminution de la fertilité et les patientes atteintes le sont souvent à un moment où le désir de maternité existe.

La maladie de Crohn est en elle-même associée à une augmentation des risques de complications de la grossesse, en particulier un petit poids de naissance (PPN), une prématurité ou la présence d’anomalie congénitales, mais la part du traitement dans cette augmentation des risques n’a pas été très clairement étudiée. D’où l’intérêt de cette étude de cohorte réalisée par une équipe du CHU d’Aarhus (Danemark) dans laquelle 900 enfants nés de mères atteintes de la maladie de Crohn entre 1996 et 2004 ont été sélectionnés à partir de registres nationaux.

Les grossesses ont été classées en fonction des traitements qui avaient été pris pour la maladie de Crohn : pas de traitement (référence), acide 5-amninosalicylique (5-ASA)/sulfasalazine, corticoïdes, et azathioprine (AZA)/6-mercaptopurine (6-MP).

L’analyse en régression logistique a montré que les naissances avant le terme étaient plus fréquentes chez les femmes prenant des corticoïdes et de l’AZA/6-MP (12,3 % et 25 %, respectivement) comparativement aux femmes du groupe référence (6,5%).

Les anomalies congénitales étaient plus fréquentes chez les femmes exposées à AZA/6-MP que dans le groupe contrôle (15,4 % versus 5,7 %).

Chez les femmes exposées aux corticoïdes, le risque relatif d’accouchement prématuré était de 1,4 (intervalle de confiance à 95 % [IC95] de 0,6 à 3,3).
Chez les femmes ayant pris de l’AZA/6-MP, les risques d’accouchement prématuré et d’anomalies congénitales étaient respectivement de 4,2 (IC95 de 1,4 à 12,5) et de 2,9 (IC95 de 0,9 à 8,9).

Cette étude montre que la survenue de complications pendant la grossesse chez des patientes atteintes de maladie de Crohn varie en fonction des traitements reçus. Les risques d’accouchement prématuré et d’anomalies congénitales semblent être plus élevés chez les femmes recevant de l’azathioprine, et ce, même après ajustement sur les facteurs de confusion.

Néanmoins, cette étude ne permet pas de déterminer de lien de causalité entre les médicaments reçu en cours de grossesse et les complications étudiées. Enfin, les nouveaux traitements, anticorps anti-TNF alpha, n’ont pas été évalués dans ce travail.

Pr Marc Bardou

Référence
Nørgård B et coll. : Therapeutic drug use in women with Crohn's disease and birth outcomes : a Danish nation wide cohort study. Am J Gastroenterol 2007 ; 102 : 1406-1413.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article