Quel pronostic du carcinome bronchique de stade I non traité ?

Le carcinome bronchique est la maladie tumorale la plus fréquente dans le monde. Chez les patients de stade I opérés, la survie est de 70 % à 5 ans environ. Cette étude a analysé rétrospectivement le devenir de patients atteints d’un cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) de stade I et n’ayant pas bénéficié de traitement spécifique. Ces sujets étaient issus d’une cohorte non sélectionnée, provenant du registre californien des cancers (RCC).
 
101 844 cas de CBNPC, survenus entre 1989 et 2003, ont été étudiés. Au total, 19 702 patients avaient été diagnostiqués au stade I, 3 753 au stade II, 32 704 au stade III, et 45 675 au stade IV. 22,3 % des patients n’ont pas été traités (n=22 954) en raison de contre indication, d’un décès avant le début du traitement ou à la demande des malades.

1 432 patients atteints d’un CBNPC stade I non traités ont été identifiés. A 5 ans, 1 390 de ces patients étaient décédés et 42 étaient toujours en vie.
-62 % des survivants étaient des femmes (versus 47 % dans le groupe des patients décédés ; p=0,064).
-Les survivants à 5 ans étaient un peu plus jeunes (soit 70+/-10 ans versus 74,4+/-9,8 ans).
-La présence d’un carcinome épidermoïde était significativement plus élevée chez les patients décédés (33 % versus 17 %).
-Les tumeur T1 étaient plus fréquentes dans le groupe des survivants à 5 ans (57 % versus 39 % ; p=0,02) et les T2 moins fréquentes que chez les patients décédés.

La survie médiane a été de 9 mois pour toute la cohorte des patients en stade I non traités (de 13 mois pour le sous groupe des patients T1 et de 8 mois pour les T2).

La survie à 5 ans chez les patients non traités de stade I a été de 6 % (9 % pour les patients T1 et 5 % pour les T2). Si on considère la survie spécifiquement associée au cancer, les chiffres de survie à 5 ans sont de 23 % pour les T1 et de 12 % pour les T2. Dans le groupe T1, une tumeur d’une taille inférieure à 2 cm semble de pronostic plus favorable.
 
Au vu de la faible mortalité associée aux lobectomies ou aux résections (1 % à 4 % selon les centres) et de la courte survie des patients en l’absence de traitement, il paraît important de ne pas retarder un traitement curateur tel que la chirurgie.

Ainsi, bien que cette étude ne dispose pas de données complètes sur les comorbidités associées au carcinome au moment du diagnostic, ni sur les modalités du staging (scanner, médiastinoscopie, PETscan), les résultats incitent donc à un traitement chirurgical rapide des CBNPC de stade I.

Dr Isabelle Herry

Référence
Raz DJ et coll. : Natural History of Stage I Non-Small Cell Lung Cancer: Implications for Early Detection. CHEST 2007 ; 132 : 193-199.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article