Vérification de l’effet bénéfique des statines prescrites précocement après l’infarctus

Une statine est désormais quasi systématiquement prescrite chez les patients à haut risque cardiovasculaire, et notamment après un premier événement cardiovasculaire. Une équipe japonaise a cherché à vérifier le bien-fondé de cette prescription systématique d’une statine dans les suites d’un premier infarctus du myocarde (IDM).

Entre 1999 et 2004, 4 075 patients ayant fait un premier IDM sont entrés dans un registre prospectif destiné à évaluer le risque de récidive. Finalement, 1 404 dossiers ont été analysés de manière rétrospective. Les dossiers retenus ne différaient statistiquement sur aucune des 23 covariables jugées essentielles (âge, sex ratio, diabète, HTA, cholestérol …etc).

Le critère de jugement était la mortalité toutes causes confondues. Le suivi s’est terminé en juin 2006, après une médiane de 4,1 ans et un taux de perdus de vue de 2,8 %.

Les statines prescrites à la sortie de l’hôpital étaient : pravastatine (52 % ; 10 à 20 mg/j), simvastatine (19 % ; 5 à 20 mg/j), fluvastatine (7 % ; 10 à 60 mg/j), atorvastatine (20 % ; 10 à 40 mg/j) et cerivastatine (2 %).

Au cours du suivi, il a été enregistré 139 décès, dont 87 (12,4 %) chez les patients du groupe contrôle (sortis de l’hôpital sans prescription de statine) et 52 (7,4 %) chez les patients qui avaient une prescription de statine à la sortie de l’hôpital (risque relatif : 0,64 ; intervalle de confiance à 95 % : 0,45-0,90 ; p : 0,011).

Il apparaît donc que la prescription précoce d’une statine est fortement corrélée à un risque réduit de décès d’origine cardiovasculaire, de récidive d’IDM et d’épisodes d’insuffisance cardiaque. Le bénéfice de la prescription précoce de statine est particulièrement marqué chez les hommes, les patients de plus de 60 ans et ceux ayant un LDL-cholstérol ≥ 1,55 g/l.

Cette étude, réalisée sur une population exclusivement japonaise tend à confirmer qu’une prescription précoce de statine dans les suites d’un IDM améliore le pronostic vital et réduit plus généralement le risque d’événements cardiovasculaires à moyen terme.
Cette étude présente bien sûr l’inconvénient majeur de ne pas avoir été randomisée. Elle manque également d’informations sur la dose de statine, la durée du traitement, son observance…etc  Rien ne vaut une bonne étude prospective !

Dr Olivier Meillard

Référence
Nagashima M et coll. : “Effect of early treatment at standard doses on long-term clinical outcomes in patients with acute infarction.” Am J Cardiol 2007;99:1523-8

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • "Vérification de l’effet bénéfique des statines prescrites précocement après l’infarctus"

    Le 05 septembre 2007

    Très intéressante étude, téléchargeable gratuitement à l'adresse : http://download.journals.elsevierhealth.com/pdfs/journals/0002-9149/PIIS0002914907003608.pdf Intéressant de noter que dans cette étude japonaise, 52 % des patients avaient de la pravastatine (10-20mg), 19 % de la simvastatine (5-20mg) et les résultats sortent (atorvastatine 20 % des patients entre 10 et 40mg). Alors, que dans l'étude MIRACL (JAMA. 2001;285:1711-1718), faite avec atorvastatine 80 mg, c'est non significatif sur la mortalité !

    François Pesty

Réagir à cet article