Défaillance cardiaque chez les patients traités par imatinib : un effet indésirable très rare

L’imatinib mesylate, inhibiteur de l’oncotyrosine kinase BCR-ABL et des kinases ABL, PDGF-R et c-KIT, a profondément modifié la prise en charge thérapeutique des patients atteints de leucémie myéloïde chronique (LMC) et a révolutionné le pronostic de cette hémopathie. Dans l’état actuel des connaissances, la plupart des patients gardent cependant une maladie résiduelle détectable et l’imatinib à la dose standard de 400mg/j dans les phases chroniques (PC) est considéré comme étant un traitement à vie. Alors que la tolérance clinique du traitement est satisfaisante avec un recul de maintenant plus de 5 ans depuis la mise sur le marché, une équipe a évoqué, il y a un an, la toxicité myocardique de l’imatinib avec des données in vitro, des données murines, et a rapporté chez l’homme la possibilité de défaillance cardiaque gauche, chez des patients aux antécédents cardiovasculaires plutôt lourds. Ces événements ont été hypothétiquement rapportés non pas à la rétention hydrosodée induite par l’imatinib, mais à la myocardiotoxicité du médicament. Il était donc important de faire le point sur la toxicité cardiaque réelle du produit.

Les auteurs ont mené une enquête rétrospective sur 1 276 patients traités par imatinib pour hémopathie (LMC, syndromes myéloprolifératifs, leucémies aiguës à chromosome Philadelphie) au sein d’essais cliniques. Parmi ces 1 276 malades, seulement 22 (1,7 %) ont développé des symptômes pouvant évoquer une insuffisance cardiaque congestive. L’âge médian de ces 22 patients était de 70 ans (49-83), l’événement est survenu en médiane 162 jours après le début de l’imatinib et 18 présentaient une pathologie cardiovasculaire préexistante. Après adaptation de dose, 11 patients ont pu poursuivre leur traitement.

L’incidence des défaillances cardiaques chez les patients traités par imatinib et possiblement liées au médicament semble donc plutôt rare, mais il faut noter que la surveillance dans les essais n’était pas destinée à détecter spécifiquement ce genre de complications, on ne peut donc exclure formellement une discrète sous-évaluation. Une surveillance plus adaptée dans les essais actuels utilisant l’imatinib comporte notamment la réalisation d’échographies cardiaques. En pratique, le traitement par imatinib chez les patients plutôt âgés et/ou avec antécédents cardiovasculaires reste tout à fait possible sans problèmes dans la majorité des cas, une surveillance clinique plus rapprochée étant simplement indiquée pour une prise en charge symptomatique précoce en cas de complication.

Dr Delphine Rea

Référence
Ataliah E et coll. : “Congestive heart failure is a rare event in patients receiving imatinib therapy.” Blood 2007. 110 :1233-1237.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article