Martin Hirsch réanime le « bouclier sanitaire »

Paris, le 20 septembre 2007- Le haut commissaire aux solidarités actives et ancien patron d’Emmaüs, Martin Hirsch, a affirmé lors d’une interview à nos confrères de la radio RTL que le projet de « bouclier sanitaire » n’était « pas du tout enterré ». L’annonce intervient après les conclusions « très favorables » d’un rapport commandé par la Ministre de la santé, Roseline Bachelot.

Le projet à nouveau à l’ordre du jour

Dans son discours sur le « nouveau contrat social » Nicolas Sarkozy avait, sans prononcer le mot, relancé l’idée d’un « bouclier sanitaire » en appelant les assurés a plus de responsabilité. Ce bouclier sanitaire vise à plafonner les dépenses de santé non remboursées pour les ménages les moins favorisés, dans le cadre de la mise en place de franchises médicales.

On se souvient que la mesure n’avait pas fait l’unanimité au sein même du gouvernement. En effet, le même Martin Hirsch avait tout d’abord critiqué le principe…avant de revoir sa copie. On se souvient également que cette proposition a été rendue responsable, par beaucoup de députés de l’UMP, de la victoire en demi-teinte de la majorité présidentielle aux élections législatives de juin. Enfin, comme la TVA sociale, l’idée ne rencontre pas d’écho favorable dans les enquêtes d’opinion.

Une mise en œuvre en deux ans

Pour Martin Hirsch la mesure pourra « entraîner un changement assez profond dans nos règles, y compris techniques, d'assurance maladie » et partant de ce principe, il souhaite « se décider assez vite ». Il a annoncé que le gouvernement souhaite s’occuper du dossier « dans les deux ans à venir ». Après avoir été laissées pour mortes, les franchises médicales sont à nouveau à l’ordre du jour.

CH

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article