Une cause rare de kystes pulmonaires et de pneumothorax spontanés

Le syndrome de Birt Hogg Dubé (SHBD) est une pathologie rare, héréditaire, et de transmission autosomique dominante. Il est associé à des mutations du gène FLNC situé sur la région chromosomique 17p11.2, et code pour la protéine folliculine qui a une action tumeur-suppressive. Les principaux symptômes du SBHD sont cutanés : hamartomes du follicule pileux, trichodiscomes, et molluscum pendulum. Les patients peuvent également présenter des tumeurs rénales oncocytaires, des carcinomes rénaux à cellules chromophobes ou à cellules claires, et des carcinomes papillaires. Enfin, on retrouve au cours du SHBD des kystes aériens pulmonaires, ainsi que des pneumothorax spontanés, comme l’illustre cette étude rétrospective qui a rassemblé les données concernant les patients chez lesquels a été porté un diagnostic de SBHD, ou hamartomes des follicules pileux à la Mayo Clinic. Sept cas ont été identifiés, dont 5 avaient bénéficié d’un scanner thoracique. Trois de ces cinq patients avaient accepté de subir un tests génétique : ils étaient porteurs hétérozygotes de la mutation FLCN.

L’âge moyen des patients était de 56,4 +/- 4,8 ans au moment du diagnostic. Tous avaient des hamartomes des follicules pileux, et un présentait la triade complète de lésions cutanées. Deux malades avaient des tumeurs rénales.
Des symptômes respiratoires étaient présents chez 2 sujets seulement (dyspnée d’exercice et toux) mais un patient avait souffert de 12 épisodes de pneumothorax en 24 ans, et on retrouvait des cas de pneumothorax multiples dans sa parentèle directe. Un autre malade avait également souffert antérieurement de 2 pneumothorax.
Des lésions radiologiques étaient visibles chez 2 patients mais pour les 5 malades ayant eu un scanner pulmonaire on retrouvait de multiples kystes à parois fines disséminés dans tout le parenchyme pulmonaire. Les kystes étaient de taille variable, 3 à 16 mm de diamètre chez les non fumeurs, et jusqu’à 7 ou 8 cm de diamètre chez les fumeurs. Les EFR étaient normales ou montraient un discret syndrome obstructif. Les kystes ont semblé peu évolutifs au cours du suivi de 36 mois par scanners.
Chez un patient, une biopsie pulmonaire a été pratiquée, montrant un emphysème diffus, des zones de fibrose sous pleurales, une hyperplasie et une hyperéosinophilie mésothéliale (dans un contexte de pneumothorax).
Au cours du suivi de 36 mois, 3 tumeurs malignes rénales se sont déclarées dans cette petite cohorte.

On a donc retrouvé des kystes aériens multiples chez ces cinq patients porteurs d’un SBHD, avec des symptômes fonctionnels peu prononcés et des EFR proches de la normale. Ces observations sont en accord avec la littérature qui fait notamment état d’une série de 223 patients, dont 26 avaient eu des pneumothorax spontanés et où 86 % des sujets avec SBHD présentaient des kystes pulmonaires. L’odd ratio pour la survenue d’un pneumothorax chez les porteurs du SBHD a été calculé à 50,3.

La mutation du gène FLNC est également retrouvée dans la « maladie des pneumothorax spontanés héréditaires », maladie kystique des poumons de transmission dominante. Proche morphologiquement de la SBHD la lymphangiomyomatose est également une maladie kystique des poumons, au cours de laquelle les tumeurs rénales ne sont pas rares, mais elle affecte principalement les femmes trentenaires et les lésions histologiques y sont caractéristiques et bien différentes de celles du SBHD.

Au total, le SBHD dont les principaux symptômes visibles sont des tumeurs cutanées survenant à l’âge de 40 ou 50 ans, peut être associé à des kystes aériens et des pneumothorax spontanés.

Dr Isabelle Herry

Référence
Ayo DS et coll. : “Cystic lung disease in Birt Hogg Dubé syndrome”. Chest 2007; 132 : 679-684.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article