Dermato sur un air de tango

Que le comité du congrès mondial de dermatologie ait choisi la ville de Buenos Aires pour tenir sa 21e session (1er au 5 octobre 2007) ne devrait pas faire songer au hasard. Par l’imbrication entre la tradition des vieux quartiers et la modernité de l’architecture des constructions les plus récentes, la capitale de l’Argentine apparaît en effet presque comme le reflet d’une spécialité qui s’appuie sur des notions bien ancrées tout en se tournant résolument vers les outils de la médecine moderne afin d’explorer l’épidémiologie et physiopathologie des dermatoses et d’envisager de nouvelles pistes thérapeutiques. Au travers de milliers de communication, la dermatologie est apparue ici plus que jamais en plein renouveau, comme ces airs de tango, venus d’un autre siècle, interprétés par des orchestres modernes et dansés dans une mise en scène résolument contemporaine.

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article