Le CO tue

S’appuyant sur la considérable base de données de l’APHEA-2 (Air Pollution and Health – a European Approach) project-2, vaste programme d’études multicentriques des effets à court terme de la pollution atmosphérique, ayant impliqué 30 villes à travers l’Europe et croisé les taux journaliers de pollution enregistrés et ceux de mortalité et de morbidité, une étude a analysé les effets à court terme de la pollution par le monoxyde de carbone (CO) sur la mortalité.

Elle met en évidence des associations significatives entre niveaux de CO atmosphérique fournis par 19 villes du projet APHEA-2 et mortalité toutes causes et mortalité cardiovasculaire.
Un accroissement de 1 mg/m3 de la moyenne de deux jours des niveaux de CO atmosphérique s’est avéré associé à une élévation de 1,20 % (IC à 95 % 0,63-1,77 %) des décès totaux et de 1,25 % (IC à 95 % 0,30-2,21 %) des décès de cause cardiovasculaire, l’effet légèrement plus fort du CO sur la mortalité cardiovasculaire étant peut-être lié au fait que les décès de cause cardiovasculaire comptent pour 45 % environ du nombre total de décès dans les villes étudiées.

Des ajustements sur nombre de facteurs potentiels de confusion, notamment les niveaux d’autres polluants de l’air (fumées noires, particules, dioxyde de soufre, ozone, dioxyde d’azote – NO2) ont été effectués, indiquant un effet confondant des fumées noires et du  NO2, mais l’impact du CO sur la mortalité est resté, au moins de façon marginale, statistiquement significatif après ajustements sur ces polluants.
L’effet du CO sur la mortalité était plus marqué dans les villes d’Europe de l’Ouest surtout, et du Sud, que dans celles d’Europe centrale et orientale, cette hétérogénéité étant peut-être liée, en partie, aux caractéristiques des mélanges de polluants de l’air de ces villes et de l’état de santé des populations.

Les résultats de cette étude, fondée sur la plus vaste base de données européennes disponible à ce jour, intéressant les polluants et leurs effets à court terme sur la mortalité, établissent une relation linéaire entre niveaux  d’exposition au monoxyde de carbone atmosphérique et mortalité, mortalité toutes causes et de cause cardiovasculaire.

Dr Claudine Goldgewicht

Référence
Samoli E et coll. : Short term effects of carbon monoxide on mortality : an analysis within the APHEA Project. Environ Health Perspect 2007 ; 115 : 1578-83.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article