Devenir à 6 ans des patients atteints de leucémie myéloïde chronique et traités par imatinib après échec ou intolérance de l’interféron alpha

L’imatinib est à ce jour le traitement de référence de la leucémie myéloïde chronique (LMC) en première ligne, mais la plupart des patients antérieurement sous interféron alpha (IFN) ont depuis longtemps bénéficié de la révolution thérapeutique que représente cette molécule. Ici, sont rapportés les résultats à 6 ans de l’essai de phase 2 STI110, qui a proposé l’imatinib à 400 mg/j en cas d’échec ou d’intolérance à l’IFN chez 532 patients en phase chronique (PC). Cet essai a bien entendu précédé l’essai IRIS qui comparait l’efficacité de l’imatinib à 400 mg/j à l’association IFN et aracytine.

Le recrutement a eu lieu entre décembre 1999 et mai 2000. Cinquante-six pour cent des patients ont eu une augmentation de dose à 600 ou 800 mg/j pour réponse insuffisante à la dose de 400 mg/j, 56 % sont sortis de l’essai, 29 % pour réponse non satisfaisante. Le suivi médian des 199 patients toujours dans l’essai au cut-off est de 76 mois. Les taux cumulés de réponse hématologique complète (RHC), réponse cytogénétique majeure (RCMaj) et réponse cytogénétique complète (RCC) sont de respectivement 96 %, 67 % et 57 %. Le délai médian d’obtention de la RCMaj est de 3,4 mois, mais chez certains patients (12 %), la RCMaj a été obtenue après plus de 1 an de traitement, en particulier chez ceux dont la dose d’imatinib a été augmentée. Le taux de RCMaj stable est de 74 %, 5 ans après l’obtention de la RCMaj. Le délai médian d’obtention de la RCC est de 8,3 mois mais chez certains malades (19 %), la RCC a été obtenue après plus de 1 an de traitement, en particulier lorsque la dose d’imatinib a été augmentée. A 5 ans, 41 % des 454 patients sont toujours en RCC.

La survie sans progression (PFS) est de 61 % à 6 ans, sachant que les patients sortis de l’essai pour réponse thérapeutique insuffisante ont été comptabilisés dans le calcul de la PFS, comme les patients en progression vers les phases accélérées ou blastiques. La réponse cytogénétique est un marqueur important de PFS puisqu’à 6 ans, celle-ci est de 84 % en cas de RCMaj à 12 mois et de 36 % en l’absence de RCMaj à 12 mois. Elle est de 88 % chez les patients en RCC à 12 mois et seulement de 76 % en cas de RC partielle (RCp) à 12 mois. Cependant, il faut noter que la PFS à 6 ans des patients seulement en RC mineure à 12 mois n’est pas négligeable, de l’ordre de 66 %. La survie globale (OS) à 6 ans est de 76 % et là encore, la réponse cytogénétique à 12 mois est un facteur pronostic de survie important puisque l’OS est de 92 % en cas de RCC, de 89 % en cas de RCp (non significatif entre RCC et RCp) et de 63 % en l’absence de RCMaj.
A 18 mois du début de l’imatinib, les taux des évènements indésirables (EI) non hématologiques de grades III et IV sont de moins de 5 % sur l’ensemble de la population. Jusqu’en juillet 2002 la fréquence des EI d’ordre cardiaque était de 2,8 %. Après juillet 2002, seuls les EI graves ont été collectés et aucun, en particulier cardiaque, n’a été signalé entre juillet 2002 et juillet 2006.

Bien que l’imatinib soit plus efficace en PC précoce qu’en PC tardive, cette étude montre que dans les phases chroniques tardives, les réponses sont la plupart du temps stables et qu’elles sont un facteur pronostic important de survie. De plus, cette étude confirme que la survie des patients en échec ou intolérants à l’IFN est significativement et de manière très importante prolongée par l’imatinib (comparaison à des séries historiques contrôles, quels que soient les traitements employés). Même chez les patients considérés en réponse suboptimale ou en échec selon les critères actuels de réponse, mais avec un certain degré de réponse cytogénétique (RCp et RC mineures à 12 mois), un bénéfice de l’imatinib en terme de survie est observé. Enfin, avec un recul non négligeable de maintenant 6 ans, la tolérance du traitement et le profil de sécurité de l’imatinib sont excellents.

Dr Delphine Rea

Référence
Hocchaus A et coll. : Favorable long-term follow-up results over 6 years for response, survival and safety with imatinib mesylate therapy in chronic phase chronic myeloid leukemia post failure of interferon alpha treatment. Blood 2007, En ligne avant publication le 11 octobre 2007.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article