Le RAA n’est pas une maladie virtuelle dans les pays développés

A la fin du deuxième millénaire après JC, le rhumatisme articulaire aigu (RAA) était devenu si rare dans les pays développés ( moins d’un nouveau cas par an pour100 000 habitants) qu’on pouvait croire à son éradication. L’étude épidémiologique de CY Miyake et coll. révèle que ce n’était pas le cas en 2000, aux USA, en s’appuyant sur quelques chiffres (1).

Ses données ont été extraites de la base « KID 2000 » qui est, en fait, un échantillon randomisé et stratifié issu de 2,5 millions d’hospitalisations de sujets de moins de 21 ans, ayant eu lieu en 2000, dans 2 784 établissements de 27 états américains.

Par extension à l’ensemble des USA, le nombre des hospitalisations pour RAA avant 21 ans a pu être estimé à 503 pour l’année 2000, et le taux de ces hospitalisations à 14,8 pour 100 000 admissions.
Les patients ont un âge médian de 10 ans, une durée de séjour médiane de 3 jours (extrêmes : 1 à 41 jours) et une mortalité de 0,6 % en cours de séjour.

Par comparaison avec la totalité de la base de données, les enfants hospitalisés pour RAA sont plus fréquemment âgés de 6 à 11 ans, de sexe masculin, sauf s’ils présentent une chorée de Sydenham (61,7 % de filles), et d’origine asiatique ou hawaïenne. Il y a aussi une proportion excessive d’hospitalisations pour RAA dans la région nord-est et au mois de mars.
Les autres résultats n’ont qu’un intérêt purement local.

Cette étude ne concerne que les RAA hospitalisés en 2000. Elle ne fournit que « l’instantané » d’une année, et elle ne peut ni distinguer les primo-hospitalisations des ré-hospitalisations, ni préciser les signes cliniques à l’admission …Cependant, le nombre de nouveaux cas de RAA est vraisemblablement supérieur au nombre d’hospitalisations, parce que l’hospitalisation n’est pas la règle générale dans ce pays, surtout pour une première poussée articulaire.

Le RAA s’est raréfié dans les pays développés – son incidence est inférieure à celle de la maladie de Kawasaki, l’autre pourvoyeuse de cardiopathies acquises-, mais il n’y est pas devenue une maladie « virtuelle », comme on pouvait l’espérer il y a une dizaine d’années (2).

Dr Jean-Marc Retbi

Références
1) Miyake CY et coll : Characteristics of children discharged from hospitals in the United States in 2000 with the diagnosis of acute rheumatic fever. Pediatrics 2007 ; 120 : 503-508
2) Olivier C et coll : Rhumatisme articulaire aigu : résultats d’une enquête nationale. Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire 1999 ; n°12 :45-47

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • "Le RAA n’est pas une maladie virtuelle dans les pays développés"

    Le 18 novembre 2007

    Je suis pédiatre dans un pays sous-developpé et ai eu une patiente de 13 ans atteinte d'une valvulopathie rhumatismale. Puis j'ai diagnostiqué le RAA chez une maman venue en consultation avec son bébé, la maman avait des nodules de Meynet. Quel est le schéma thérapeutique de prise en charge du RAA sans cardiopathie ?

    Albert Mutombo Tshipeta

Réagir à cet article