Thérapie occupationnelle après AVC : il faut privilégier la récupération des gestes de la vie courante

L’accident vasculaire cérébral (AVC) est la seconde cause de mortalité dans le monde et la première cause d’handicap sévère et prolongé chez l’adulte. En effet, environ 50 % des patients survivant à un AVC sont dépendants pour les gestes de la vie courante (GVC) 6 mois après l’accident. L'ergothérapie thérapie ou thérapie occupationnelle (TO), qui se définit comme « une méthode de traitement et de réadaptation des handicapés moteurs par l’apprentissage de la pratique des techniques artisanales en vue d’une réinsertion sociale », est un élément essentiel de la réhabilitation des patients à la suite d’un AVC. Une revue systématique des méthodes de rééducation prodiguées à domicile pendant une année chez des patients victimes d’AVC a montré qu’elles procuraient une diminution de la dépendance pour les GVC chez ces patients. Cependant, cette analyse a inclus un nombre important et hétérogène d’interventions (physiothérapie, TO ou rééducation multidisciplinaire), dont les effets individuels demeurent mal précisés.

Cette étude, conduite par Legg et coll, avait pour objectif de déterminer si la TO orientée spécifiquement sur les GVC améliorait la récupération des patients après un AVC. Ils ont alors réalisé une revue systématique et une méta-analyse des essais menés sur ce thème et ont retenu 9 essais randomisés comportant au total 1 258 patients.

Les résultats montrent que la TO ciblée sur les GVC améliore les scores de performance avec une différence moyenne de 0,18 (IC 95 % : 0,04 – 0,32 ; p = 0,01) et réduit le risque de détérioration (décès ou accentuation de la dépendance pour les gestes de la vie courante) avec un OR de 0,67 (IC 95 % : 0,51 – 0,87 ; p = 0,003). Pour 100 personnes prises en charge par la TO ciblée sur les GVC, 11 seraient ainsi protégées contre une dégradation de leur état (IC 95 % : 7 – 30).

La thérapie occupationnelle ciblée sur la récupération des gestes de la vie courante est donc susceptible de réduire le risque de dépendance après un AVC et c’est certainement une technique de rééducation à privilégier chez ces patients.

Dr Khodor Chatila

Référence
Legg L et coll. : Occupational therapy for patients with problems in personal activities of daily living after stroke: systematic review of randomised trials." BMJ 2007 ; 335(7626) : 922. doi:10.1136/bmj.39343.466863.55.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • "Thérapie occupationnelle après AVC : il faut privilégier la récupération des gestes de la vie courante"

    Le 16 novembre 2007

    La thérapie occupationnelle s'appelle l'ergothérapie !
    Trop peu de postes dans les services de rééducation, bien trop peu de postes sur le terrain pour permettre un suivi à domicile de ces patients, pas de possibilités de travailler en libéral pour répondre aux besoins à long terme, et pas d'argent dans le secteur santé pour prolonger la prise en charge en réadaptation après la rééducation... et des ergothérapeutes au chômage !
    Je comprends l'objet de cet article qui est d'accompagner les patients et de leur apprendre à "vivre avec" et de progresser encore dans la récupération...
    Bref, cela me met en colère !!!

    Frédérique Petitpré,ergothérapeute.

  • "Thérapie occupationnelle après AVC : il faut privilégier la récupération des gestes de la vie courante"

    Le 21 novembre 2007

    Nous approuvons totalement la réaction de Frédérique Petitpré, ergothérapeute, et cela d'autant plus que l'hémiplégie touche un grand nombre de personnes et pas que des personnes dites âgées.
    Dominique Missemer et Lionel Mandracchia; ergotérapeutes

Réagir à cet article