La pression pulsée : un nouvel élément clé du syndrome métabolique chez la femme âgée ?

Les définitions du syndrome métabolique (SM) sont multiples et parfois contradictoires. La critique s’applique tout particulièrement à l’hypertension artérielle dont les seuils pathologiques varient quelque peu d’une définition à l’autre, mais aussi d’une étude à l’autre. Il en résulte une certaine confusion qui est préjudiciable à l’approche épidémiologique et thérapeutique.

Dans ces conditions, quelle est la valeur de la PA la plus adéquate pour définir le SM ? C’est à cette question que tente de répondre une étude de cohorte prospective dans laquelle ont été inclus 3 257 sujets d’âge supérieur ou égal à 65 ans, dont certains atteints de SM et suivis pendant 12 ans. L’objectif était d’évaluer la mortalité par maladie coronaire en fonction des critères tensionnels.
Le SM a été défini d’après les critères du NCEP (National Cholesterol Education Program) en classant l’HTA en 3 catégories : 1) SM-1 : PA systolique ≥ 130 mm Hg et PA diastolique ≥ 85 mm Hg ; 2) SM-2 : PAS ≥ 130 mm Hg ou PA diastolique ≥ 85 mm Hg ; 3) SM-3 pression pulsée (PP) ≥ 75 mm Hg chez les hommes et ≥ 80 mm Hg chez les femmes.
Une analyse selon le modèle de Cox a permis de calculer le risque relatif (RR) de décès par maladie coronaire, dans ces 3 groupes, en incluant ou non le traitement antihypertenseur.
Chez les femmes atteintes d’un SM, dont l’HTA n’est pas traitée, le risque de décès coronaire s’est avéré constamment plus élevé que chez les femmes indemnes de SM, indépendamment des catégories précédentes. Le RR a ainsi été estimé à 1,73 (SM-1), 1,75 (SM-2) et 2,39 (SM-3). En cas d’HTA traitée et chez les femmes, le RR correspondant ne s’est avéré élevé que dans le groupe SM-3, en l’occurrence 1,93. Chez les hommes, le SM n’a pas été corrélé à la mortalité coronaire.
Au total, le SM prédit la mortalité coronaire chez la femme âgée, en l’absence de traitement de l’HTA. Sa valeur pronostique disparaît en cas d’HTA traitée sauf lorsqu’elle est définie par la pression pulsée.

Dr Philippe Tellier

Référence
Mazza A et coll. : Pulse hypertension : a new component of the metabolic syndrome in elderly women ? J Hum Hypertens 14 juin 2007; publication avancée en ligne.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article