Lutter partout contre toutes les formes de violences faites aux femmes

Paris, le vendredi 23 novembre 2007 – Le 17 décembre 1999, l’ONU faisait du 25 novembre la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, en souvenir de trois militantes de République dominicaine, sommairement abattues par la police. Ce dimanche devrait donc compter dans toute la France de nombreuses manifestations, auxquelles prendra largement part le Service des droits des femmes et de l’égalité, placé sous l’égide du Ministère des relations sociales et de la solidarité. Cette journée symbolique a été l’occasion pour Valérie Létard, Secrétaire d’Etat à la Solidarité de présenter le nouveau plan global triennal destiné à « combattre les violences faites aux femmes ». Ce programme composé de 12 objectifs fait suite « au plan triennal 2005-2007 intitulé : dix mesures pour l’autonomie des femmes ».

Triste succès pour la plate-forme téléphonique du 3919

Bien que la première orientation du nouveau programme met l’accent sur la nécessité de « compléter les connaissances statistiques » pour préciser notamment l’impact économique des violences conjugales ou encore pour élargir l’Enquête nationale menée en métropole, à la Réunion et à la Martinique, quelques chiffres ont pu être donnés par la secrétaire d’Etat. Il apparaît ainsi qu’en 2006, 137 femmes sont mortes sous les coups de leurs compagnons. Une issue fatale n’est pas toujours à déplorer, mais une traque quotidienne ou une menace constante sont partagées par des dizaines de milliers de femmes. Selon les chiffres de l’observatoire national de la délinquance, plus de 330 000 femmes ont en effet déclaré vivre avec un homme qui a déjà levé la main sur elle au cours des années 2005 et 2006. Le silence reste le plus souvent la règle : seules 8,8 % des victimes de violence perpétrées au sein de la famille décident de porter plainte. Aussi, la mise en place de plate-formes téléphoniques apparaît-elle comme une priorité : le numéro d’appel national unique accessible au 3919 depuis le 14 mars 2007 a reçu en huit mois quelque 56 000 appels. Face à la multiplication de ces appels, l’une des priorités du nouveau plan gouvernemental est de « valoriser et de renforcer en 2008 les moyens de la plate-forme téléphonique ».

Travail, école, publicité : la lutte s’inscrit partout !

L’esprit qui semble dominer le nouveau plan triennal est la volonté de lutter partout et dans toutes les sphères de la société contre la violence à l’égard des femmes. Il s’agit notamment de mettre fin aux inégalités qui peuvent exister sur le territoire français. L’objectif numéro six se propose ainsi de « s’assurer du maillage du territoire pour apporter dans la durée une réponse globale aux femmes victimes de violences ». Il s’agira dans cette perspective de réaliser un « état des lieux » « sous la forme d’une cartographie générale ». Par ailleurs, la lutte contre la violence à l’égard des femmes ne se circonscrit plus seulement à la sphère familiale : Valérie Létard souhaite que la situation sur les lieux de travail soit mieux connue. Le plan remarque : « Le harcèlement sexuel ou les viols sont dénoncés. Il est nécessaire d’en prendre la mesure afin de trouver les meilleures réponses à apporter à ces conduites inadmissibles avec le monde de l’entreprise ». Une même vigilance doit également s’exercer à l’école. Le nouveau programme gouvernemental souhaite ainsi que « dans chaque établissement scolaire, le Comité d’éducation à la santé et à la citoyenneté prépare un plan de prévention de la violence comportant un volet spécifique » dédié aux jeunes filles. Enfin, c’est également dans la publicité que les femmes et notamment leur image doivent être protégées. Une des grandes nouveautés du nouveau plan triennal est déclinée par l’objectif numéro 3 : « Respecter l’image de la femme dans les médias ». Un comité spécialisé pourrait être mis en place qui aura notamment pour mission de lancer une « campagne » de réflexion à l’intention du grand public.

Violences psychologiques

Au-delà de cet élargissement de la lutte contre la violence à toutes les sphères de la société, plusieurs dispositions phares du plan sont à relever, telle celle qui propose « d’étudier la pertinence de l’introduction d’une définition des violences psychologiques dans le code pénal ». On remarquera en outre que ce plan accorde une place importante à la prise en charge des auteurs de violence. Le plan propose notamment de « réaliser une charte des principes fédérateurs des structures prenant en charge les hommes auteurs de violence » et souhaite la « labellisation » de ces lieux d’accueil. En outre, « des dispositions d’accompagnement des auteurs de violence au sein du couple » devraient être développées. Sur le volet de la formation des professionnels de santé, sont principalement prévus la diffusion de brochures et le développement d’une meilleure coordination, tandis qu’en matière de renforcement des dispositifs d’accueil, un plus grand esprit d’innovation est à remarquer. Le plan vise en effet à l’agrément de « 100 familles pour permettre l’accueil des femmes victimes », après le succès d’une expérimentation de ce dispositif dans trois départements. Soulignons enfin que des dispositions institutionnelles (à travers le rôle de la Commission nationale contre les violences envers les femmes) et juridiques sont proposées, de même qu’est rappelée en conclusion la nécessité de « prendre en compte l’impact des violences conjugales sur les enfants qui y sont confrontés ». La publicité de ce plan doit être l’objet au cours des trois prochaines années de campagnes de sensibilisation, dont la première est attendue en 2008.

A.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article