Cancer de la prostate avant 50 ans : même prévalence qu’après mais moins de dépistage !

Le cancer de la prostate (KP) est le cancer de l’homme le plus fréquent dans de nombreux pays et son dépistage s’est répandu chez les sujets de plus de 50 ans (aux Etats-Unis par exemple, environ 60 % des hommes de plus de 50 ans sont testés annuellement). Ce dépistage se fait généralement par le dosage du PSA (prostate specific antigen). Il existe cependant peu de données sur le dépistage chez les hommes de moins de 50 ans.

Afin d’évaluer la faisabilité du dépistage du KP, la prévalence de ce cancer et ses caractéristiques dans cette population de patients « jeunes », une équipe anglaise a réalisé une étude de cohorte (à partir d’une population incluse dans un essai randomisé) qui a regroupé 1 299 hommes, âgés de 45 à 49 ans. Quatre cent quarante-deux d’entre eux ont accepté le test de dépistage (34 %), qui a révélé des taux élevés (> 1,5 ng/ml) dans 54 cas. Quarante-sept  de ces patients ont accepté de subir une biopsie prostatique. En tout, 10 cas de KP ont été diagnostiqués (2,3 %), la valeur prédictive positive (VPP) du PSA se situant à 21,3 %. Huit de ces 10 malades avaient eu au moins 2 biopsies positives et dans 2 cas un envahissement périneural a été constaté. Chez un patient, le volume tumoral a été classé de haut grade (cT2c), avec un score de Gleason à 7 et chez les 9 autres, la tumeur a été classée cT1c, avec un score de Gleason à 6.

Cette étude montre que les hommes de moins de 50 ans sont moins enclins à se soumettre à un dépistage du KP que leurs aînés. Pourtant,  en utilisant un seuil adapté à l’âge (1,5 ng/ml), la prévalence du KP se révèle similaire dans cette population (2,3 %, 0,9% à 3,7%) à celle constatée chez les plus âgés (pour un seuil de PSA de 3 ng/ml ; 2,9 %, 2,7 % à 3,0 %) avec la découverte de tumeurs ayant des conséquences cliniques potentielles. les stades avancés dans cette tranche d’âge (45 – 49 ans) ne sont pas rares. D’autres études actuellement en cours dans ce domaine devraient nous apporter des éléments permettant de mieux appréhender le type de dépistage (valeurs seuils de PSA) et de traitement du cancer prostatique à proposes dans les populations les plus jeunes.

Dr Khodor Chatila

Référence
Athene Lane J et al. "Detection of prostate cancer in unselected young men: prospective cohort nested within a randomised controlled trial." BMJ 2007, en ligne avant publication le 15 novembre. BMJ, doi:10.1136/bmj.39381.436829.BE.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article