Mieux vaut ne pas arrêter de boire (modérément) après un infarctus...

La consommation modérée de boissons alcoolisées est associée à une diminution de la morbi-mortalité imputable à la maladie coronaire, ceci au sein de la population générale. Les relations entre alcool et maladie coronaire n’ont pas cependant été étudiées dans des essais randomisés et les données actuelles sont tout de même sujettes à caution, voire controversées, notamment dans les cardiopathies ischémiques avérées ou encore dans les suites d’un infarctus du myocarde (IDM) récent. Les études qui ont recherché spécifiquement une relation entre la consommation d’alcool et le pronostic dans les suites d’un infarctus du myocarde (IDM) inaugural sont trop rares pour conclure à ce sujet.

 Une étude a inclus 1 346 patients, âgés de 45 à 70 ans, victimes d’un tel accident cardiaque. La consommation d’alcool au moment de l’IDM et 5 ans auparavant a été estimée à l’aide d’un questionnaire spécifique. Au terme d’un suivi de 8 ans, 267 décès, dont 145 d’origine cardiaque, sont survenus. Après ajustement en fonction des facteurs de confusion potentiels, le risque relatif ajusté (RRA) de décès, toutes causes confondues et de décès d’origine cardiaque  a été associé à la consommation d’alcool : 1)< 5 g/j , respectivement, 0,77 et 0,61 ; 2) 5 à 20 g/j : 0,77 et 0,62 ; 3) > 20 g/j : 0,89 et 0,69. Le risque d’hospitalisation,  d’évènement cardiovasculaire ou encore d’insuffisance cardiaque suit à peu près la même tendance, pour ce qui est de la mortalité globale ou cardiaque.

En revanche, chez les patients qui ont mis un terme à la consommation d’alcool à l’occasion de l’lDM, le RRA a été estimé à 4,55. La sensibilité à l’insuline a été la variable la plus étroitement impliquée dans les associations précédentes. La consommation modérée d’alcool pourrait avoir un effet bénéfique sur le pronostic à long terme de l’IDM.

Dr Philippe Tellier

Référence
Janszky I et coll. : Alcohol and long-term prognosis after a first acute myocardial infarction : the SHEEP study. European Heart Journal ; publication avancée en ligne novembre 2007.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article