Le nickel, toujours en tête du hit-parade de l’allergie de contact !

Une équipe danoise a repris les études menées sur l’allergie de contact entre 1966 et 2007, généralement en Amérique du Nord et en Europe afin d’en préciser les caractéristiques épidémiologiques.
Si l’allergie de contact était, dans ces travaux, souvent recherchée dans un contexte d’eczéma, un nombre appréciable d’études ont cependant été menées en population générale.

La prévalence médiane de l’allergie de contact à au moins un allergène apparaît ainsi être de 21,2 % (12,5 à 40,6 %) tous pays confondus et dans tous les groupes d’âge.

Les allergènes responsables d’allergie de contact différent selon les pays en fonction de l’environnement et des habitudes culturelles. Cependant, nickel, thimerosal et fragrance mix sont les plus souvent en cause. La prévalence médiane de l’allergie au nickel est de 8,6 % (0,7 à 27,8 %). Le nickel s’avère responsable d’allergie de contact dans la population générale aussi bien chez l’homme que chez la femme. De nombreuses études ont montré que le percement des oreilles est un facteur de risque de sensibilisation au nickel. La sensibilisation au nickel est également un facteur de risque d’eczéma des mains chez la femme. Toujours chez la femme, une association a été mise en évidence entre tabagisme important et allergie de contact.
Chez l’enfant, la prévalence de l’allergie de contact est difficile à vérifier mais pourrait être plus élevée que ce qui était estimé jusqu’ici.

L’analyse de ces résultats se heurte à certaines limites. Le diagnostic de l’allergie de contact est basé sur les résultats des patch-tests. Or leur positivité montre une sensibilisation mais pas forcément la responsabilité clinique de l’allergène. De plus, la technique et l’interprétation des tests sont parfois problématiques.
Les études épidémiologiques demeurent néanmoins un outil important dans la surveillance nationale et internationale des allergies de contact.

Dr Geneviève Démonet

Références
Thyssen J et coll. : The epidemiology of contact allergy in the general
population – prevalence and main findings” Contact Dermatitis 2007 ; 57 : 287–299.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article