Miroir, oh mon beau miroir, peux-tu soigner ma douleur ?

La douleur des amputés « douleur du membre fantôme » a depuis longtemps suscité l’intérêt des chercheurs en neuroscience. Les mécanismes neurobiologiques sous tendant l’apparition de cette douleur commencent à être décryptés. Ceux-ci sont nombreux et sont en rapport avec une réorganisation des cartes corticales sensitivo-motrices. La principale hypothèse considère que la douleur est secondaire à un conflit entre le feedback visuel et la représentation proprioceptive du membre amputé. Plusieurs traitements ont montré une certaine efficacité : stimulation électrique cutanée du moignon ou stimulation du cortex moteur.

Une étude originale vient d’être publiée dans le New England Journal of Medicine rapportant l’efficacité d’une nouvelle thérapeutique, la thérapie par le miroir. Cette méthode qui induit une imagerie motrice mentale s’était avérée efficace dans quelques observations préliminaires. L’étude qui vient d’être publiée est rigoureuse sur le plan méthodologique puisqu’elle a comparé les résultats de 3 approches en cross over. Vingt-deux patients ont été répartis en 3 groupes. Le groupe miroir devait effectuer mentalement un mouvement en regardant leur membre sain dans un miroir. Le groupe miroir caché avait la même consigne avec un miroir caché sous une housse et le groupe imagerie mentale devait faire ce mouvement les yeux fermés. L’évaluation a été faite après 4 semaines  de séances quotidiennes d’exercice de  15 mn. La douleur était évaluée avec une échelle visuelle analogique. Chez tous les patients du groupe miroir la douleur a diminué de 13 à 54 mm sur une échelle de 100 alors qu’un seul patient du groupe miroir caché s’est senti amélioré et 2 dans le groupe imagerie mentale. Il est important de noter que dans ces deux derniers groupes, quelques patients ont rapporté une aggravation de leur douleur. Les auteurs  de ce travail ne peuvent préciser les mécanismes  de cette amélioration mais suggèrent que la vison du membre sain peut activer des neurones miroirs qui diminuerait le message douloureux.

Dr Christian Geny

Référence
Chan BL et coll. : Mirror Therapy for Phantom Limb Pain. N Engl J Med 2007; 357:2207

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article