Vaccination anti-pneumococcique chez les patients infectés par le VIH : une ou deux doses ?

Les infections invasives à pneumocoque chez les patients infectés par le VIH sont plus fréquentes que dans la population générale et ne surviennent pas forcément, comme la plupart des infections opportunistes à un niveau avancé d’immunosupression.
Le vaccin polysaccharidique à 23 valences est d’ailleurs recommandé chez ces patients lorsque le taux de CD4 est supérieur à 200/mm3. Cependant, son efficacité reste controversée et sa durée de  protection incertaine. Il existe également un vaccin conjugué, plus immunogène mais ne contenant que 7 valences. Il induit une réponse immunitaire lymphocyte T–dépendante ainsi qu’une mémoire immunitaire. De ce fait, une primo-vaccination par le vaccin conjugué préparerait en quelque sorte une meilleure réponse immunitaire à une vaccination ultérieure avec le vaccin polysaccharidique. Cette hypothèse a été vérifiée chez l’enfant. Une étude concernant les patients infectés par le VIH, modérément immunodéprimés vient d’être publiée.

Il s’agit d’une étude randomisée multicentrique comparant 2 stratégies vaccinales : vaccination par le vaccin conjugué 7 valences à S0 suivie un mois plus tard (S4) d’une injection de vaccin polysaccharidique 23 valences (bras n° 1, n=106) ou une seule injection de vaccin polysaccharidique 23 valences à S4 (bras n° 2, n=106).

Un dosage des anticorps spécifiques de différentes valences a été effectué en début d’étude, 4 semaines après l’injection du vaccin polysaccharidique (S8) et à 6 mois.
Il n’y a pas eu de différence significative entre le taux de répondeurs (doublement du taux d’anticorps entre S0 et S8) ou de non répondeurs dans chacun des groupes. Cependant en considérant comme critère de réponse immunologique un doublement du taux d’anticorps entre S0 et S8, associé à un taux supérieur à 1 μg/ml, la réponse a été meilleure dans le bras n°1 et cette différence se maintenait à 6 mois.

Par ailleurs, les profils de tolérance ont été identiques dans les 2 groupes avec essentiellement des réactions locales rapportées.
La stratégie d’une primo vaccination par le vaccin conjugué à 7 valences boostée par le vaccin polysaccharidique à 23 valences semble donc entraîner une réponse immunologique de meilleure qualité et prolongée chez les patients infectés par le VIH.

Dr Alice Perignon

Référence
Lesprit P et coll. : Immunological efficacy of a prime-boost pneumococcal vaccination in HIV-infected adults. AIDS. 2007, 21 : 2425-2434.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article