Quels critères permettent de prédire la qualité du curage axillaire dans le cancer du sein ?

Depuis la pratique généralisée de la recherche du ganglion sentinelle (GS), certains ont remis en question, même en cas de positivité, l’utilité du curage axillaire (CA) dans le cancer du sein (KS).

Certes, le CA n’améliore pas la survie, mais, il assure la prévention de récidives axillaires, et de plus permet de compter les ganglions positifs (N+), ce qui a un intérêt à la fois pronostique et thérapeutique (traitements adjuvants). Le nombre de N+ retrouvés dépend étroitement du nombre de ganglions réséqués (le chiffre de 10 paraissant un minimum satisfaisant). Ce travail a cherché à déterminer quels étaient les facteurs prédictifs de la qualité du CA.
Le curage a été défini comme adéquat quand il avait ramené au moins 10 ganglions (y compris les GS). On a recherché les variations sur cette exigence de qualité engendrées par les caractéristiques de la malade, de son thérapeute, et des zones de recrutement à l’intérieur des États-Unis.

L’étude a porté sur 4 131 femmes porteuses de KS ayant toutes bénéficié d’une recherche de GS et d’un CA. L’âge moyen était de 60 ans et 80 % des KS étaient de type canalaire. Les 2/3 des opérées ont eu une chirurgie conservatrice. Les chirurgiens étaient très divers en ce qui concernait leur spécialisation mammaire ou générale, leur expérience, leur type d’activité (universitaire, privée, et l’importance de leur zone de recrutement). Le nombre moyen de ganglions par curage a été de 11 et il a dépassé 10 dans 3 213 cas (77,8 %). L’incidence des N+ était plus grande chez ces 3 213 femmes que chez les autres (39,6 % vs 36,3 %). En analyse univariée, les facteurs suivants influent favorablement sur la bonne réalisation d’un CA : l’âge plus jeune de la femme, une tumeur de > 2 cm, un chirurgien universitaire et expérimenté, au point que le grand nombre de malades traitées par ce type d’opérateurs aurait pu modifier les résultats ; aussi les auteurs ont-ils vérifié que le nombre de malades opérées par des chirurgiens isolés ne modifiait pas les indications du CA
.
En analyse multivariée, l’âge, le caractère universitaire et l’expérience du chirurgien, l’importance de sa zone de recrutement sont restés des facteurs déterminants de la qualité du curage.

Dr Jean-Fred Warlin

Référence
Chagpar AB et coll. : Factors determining adequacy of axillary node dissection in breast cancer patients. The Breast Journal 2007;13:233-7.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article