Un contrôle glycémique trop strict précipite la chute du diabétique âgé

Les chutes chez les personnes âgées sont un problème courant et contribuent à la morbidité, la mortalité et la dépendance. Un tiers des personnes âgées de plus de 70 ans chutent tous les ans. Les diabétiques âgés ont un risque de chute encore plus important. L’étude UKPDS (United Kingdom Prospective Diabètes Study) a montré que les patients avec un contrôle strict de la glycémie avaient 2 fois plus de risque d’hypoglycémie que ceux du groupe témoin traité de « manière habituelle ». Ceci a conduit l’American Geriatrics Society à proposer de relever l’objectif d’HbA1c à atteindre de 7 à 8 % pour les personnes âgées fragiles, tout en continuant à prendre en compte les risques cardiovasculaires et cérébrovasculaire dans cette population.

Une équipe de Denver aux USA a voulu évaluer la contribution du contrôle glycémique au risque de chute chez les diabétiques âgées, fragiles ou non. Il s’agit d’une étude rétrospective cas-témoin, menée dans le cadre d’une HMO (Health Maintenance Organisation) de la métropole du Colorado.

Cent onze participants âgés de 75 ans ou plus ont été recrutés, tous diabétiques, ayant eu une mesure d’HbA1c dans les 12 mois précédents et utilisant des médicaments hypoglycémiants oraux ou de l’insuline pour contrôler leur diabète. La fragilité de ces patients a été évaluée en utilisant l’échelle VES 13 (Vulnerable Elders Study) et le nombre de chutes rapporté par les patients dans les 12 mois précédents, l’HbA1c, le taux de LDL, la pression artérielle moyenne, la consommation d’aspirine et d’insuline, le fait d’habiter seul et les troubles visuels, toutes données obtenues par des interrogatoires téléphoniques et grâce aux dossiers médicaux, ont été pris en compte.

Une analyse bi-variée destinée à évaluer la corrélation entre les chutes et les facteurs de risque a montré que seules l’HbA1c, la fragilité et les neuropathies périphériques étaient significativement associées aux chutes. Une régression logistique a montré que le risque de chute augmentait sensiblement lorsque l’HbA1c était de 7 ou moins, sans prise en compte de la fragilité.

En conclusion, cette étude rétrospective d’une population de personnes âgées diabétiques fragiles montre qu’un contrôle trop strict de la glycémie est associé avec un plus grand risque de chute. Des études prospectives ultérieures pourraient permettre de préciser les risques et bénéfices d’un relâchement du contrôle glycémique dans cette population.

Dr Serge Brugier

Références
Nelson JM et coll. : The relationship between glycemic control and falls in older adults: the Women’s Health and Aging Study
J Am Geriatr Soc 2007; 55 : 2041-44

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article