Rétinopathie et néphropathie plus fréquentes dans le diabète de type 2 avec stéatose hépatique non alcoolique

La stéatose hépatique non-alcoolique (SHNA) est associée à un risque accru de maladie cardiovasculaire chez le diabétique de type 2. A l’heure actuelle, cependant, l’association de la SHNA à des complications microvasculaires chroniques comme les rétinopathies et les maladies rénales chroniques (MRC) n’est pas documentée de façon claire. Le but de cette étude italienne a donc été de préciser si la SHNA, diagnostiquée par échographie hépatique, est associée à une augmentation de  prévalence des rétinopathies et des MRC chez les diabétiques adultes de type 2.

Deux mille cent trois patients, indemnes de maladies cardiovasculaires diagnostiquées et d’hépatites virales ont été inclus. La prévalence des rétinopathies, recherchées à l’ophtalmoscopie, et des MRC définies par une protéinurie et / ou un taux de filtration glomérulaire inférieur ou égal à 60 ml/min/1,73 m2, a été évaluée. Le diagnostic de SHNA a été établi à partir des antécédents du patient, des tests hépatiques sanguins et par l’échographie.

Par comparaison aux sujets sans SHNA et après ajustement pour l’âge et le sexe, les patients avec SHNA présentaient des  taux significativement plus élevés (p <0,001) de rétinopathies traitées par laser, non prolifératives (39 vs 34 %) et prolifératives (11 vs 5 %). De même les MRC étaient significativement plus nombreuses (15 vs 9 %) dans ce groupe.

Une analyse par régression logistique a montré que la SHNA était associée avec des taux accrus de MRC (odds ratio : 1,87, intervalle de confiance à 95 % : 1,3-4,1 , p = 0,02) et de rétinopathies prolifératives traitées par laser (OR : 1,75, IC 95 % : 1,1-3,7, p = 0,031) indépendamment de l’âge, du sexe, de l’IMC, du tour de taille, de l’HTA, de la durée du diabète, de l’HbA1c, des lipides, du tabagisme et des médicaments utilisés.

Ces données suggèrent que la SHNA est associée de manière indépendante à une prévalence accrue de MRC et de rétinopathies prolifératives chez les diabétiques de type 2. Des études ultérieures seraient nécessaires pour confirmer ces résultats et préciser si la SHNA contribue au développement ou à la progression des MRC et des rétinopathies.

Dr Serge Brugier

Référence
Targher G et coll. : Non-alcoholic fatty liver disease is independently associated with an increased prevalence of chronic kidney disease and proliferative/laser treated retinopathy in type 2 diabetic patients. Diabetologia 2007 ; publication avancée en ligne le 6 décembre ; aop: 10.1007/s00125-007-0897-4

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article