Profusion des facteurs de risque cardiovasculaire chez les enfants et adolescents diabétiques de type 2

La prévalence du diabète de type 2 va croissant chez les enfants et les adolescents du monde entier, et certains groupes ethniques ont un risque accru de développer ce type de diabète. Une étude canadienne s’est attachée à préciser dans une population à haut risque, celle des enfants et adolescents des Premières nations, qui constituent l’essentiel des populations autochtones (comptant en outre les populations métisses et inuites), le profil dyslipidémique et les facteurs majeurs de risque cardiovasculaire associés au diabète de type 2 : contrôle glycémique médiocre, HTA, obésité, tabagisme et altérations lipidiques et lipoprotéiniques.

Cette étude a porté sur 99 enfants et adolescents âgés en moyenne de 15,3 ans (extrêmes : 9-18 ans), dont 57 filles (57,5 %), ayant un diabète de type 2, venus consulter, de 1997 à 2002, à la Diabetes Education Resource for Children and Adolescent à Winnipeg, dans la province de Manitoba (où la prévalence du diabète de type 2 chez les jeunes est au moins de l’ordre de 1 %). Le diabète de type 2 avait été diagnostiqué à un âge moyen de 13,1 ans (9-17 ans).
L’étude a comparé les glycémies à jeun, les taux d’hémoglobine glyquée (HbA1c), la cholestérolémie totale, les taux de LDL- et de HDL-cholestérol, les triglycéridémies, les taux d’apolipoprotéine B (ApoB) de ces patients à  ceux de 249 jeunes non diabétiques des Premières nations canadiennes, pris comme témoins. 

Dans la population de diabétiques de type 2, plus de 80 % des sujets étaient obèses ou en surpoids : 44 % des garçons et 34 % des filles étaient obèses, versus 17 % et 13,4 % respectivement dans la population témoin (p < 0,001), et 41 % des garçons et 46 % des filles avaient une surcharge pondérale.
Dans le groupe diabétique, 31 % des garçons et 47 % des filles déclaraient  fumer ;  59 % avaient un taux d’HbA1c dépassant 7 % ; 12 % des garçons et 14 % des filles avaient une HTA systolique, 7 et 5 % respectivement avaient une HTA diastolique.
Les taux moyens de cholestérol total, de triglycérides, de LDL-cholestérol, d’ApoB et le rapport cholestérol total/HDL-cholestérol étaient tous significativement élevés dans le groupe atteint de diabète de type 2 en comparaison du groupe témoin (p < 0,001), et le taux d’HDL-cholestérol était significativement plus bas dans le groupe diabétique.
La proportion de diabétiques de type 2 qui avaient des taux de cholestérol total dépassant le 75e percentile de la population témoin était de 75,8 % ; cette proportion était de 65,7 % pour les triglycérides, de 73,7 % pour le LDL-cholestérol, de 72,3 % pour l’ApoB, et 51,5 % avaient un HDL-cholestérol en dessous du 25e percentile.

Le diabète de type 2 autrefois « diabète de la maturité » touche désormais, et avec une prévalence et une incidence croissantes, les adolescents et même les enfants. Et cette étude canadienne met en évidence, dans une population d’enfants et d’adolescents diabétiques de type 2, une accumulation accablante de facteurs de risque de maladie cardiovasculaire : une forte prévalence du tabagisme et de l’obésité, un contrôle glycémique insuffisant, des profils lipidiques athérogènes, qui appellent des interventions comportementales, thérapeutiques, préventives, et étayées.

Dr Claudine Goldgewicht

Référence
Sellers EAC. "Dyslipidemia and other cardiovascular risk factors in a Canadian First Nation pediatric population with type 2 diabetes mellitus. Pediatr Diabetes 2007 ; 8 : 384–90.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article