Deuxième recherche du ganglion sentinelle justifiée dans certains cas de récidive de cancer du sein après chirurgie conservatrice

La recherche de ganglion sentinelle (GS) s’est imposée comme la technique de référence pour apprécier le statut lymphatique axillaire dans le cancer du sein (KS). De plus en plus souvent, ces malades bénéficient d’une chirurgie conservatrice du sein (CCS), et 5 à 10 % présentent, dans ce sein conservé, des récidives dans les 10 ans. Si le creux axillaire est cliniquement libre et que le précédent GS était négatif, faut-il alors pratiquer une 2ème recherche de GS ?

Entre 2000 et 2006, 202 patientes, ayant préalablement eu une CCS, ont développé une récidive homolatérale; parmi elles, 65 n’ayant pas de métastases à distance et dont le creux axillaire paraissait libre cliniquement, se sont vu proposer une nouvelle recherche de GS ; cinquante-sept d’entre elles avaient eu de la radiothérapie postopératoire, les 8 autres en ayant été dispensées en raison d’un KS canalaire in situ de bas grade. Le GS a été recherché par l’isotope radioactif (technétium99) injecté 2 à 20 heures avant l’intervention, avec ablation de tous les ganglions « chauds » à la γ camera.

Chez les 137 autres malades, on a récusé la recherche de GS pour des raisons de contre-indication (phénomènes inflammatoires, ganglions palpables, métastases), ou encore parce que la prise de fluorodésoxyglucose dans l’aisselle sur le Pet-scan indiquait la présence de ganglions.

La scintigraphie au Te99 a permis de localiser des GS chez 63 des 65 femmes (97 %), avec même, chez 5 d’entre elles, des adénopathies plus lointaines, sus-claviculaires ou mammaires internes. Dans l’un des 2 autre cas, le Pet-scan a décelé des ganglions, qui ont été confirmés par le curage, alors que la dernière malade avait une aisselle libre.

Les GS retirés se sont avérés envahis (N+) dans 7 cas, dont 6 KS invasifs et 1 in situ. Ils n’ont donné lieu qu’à 6 curages axillaires, la dernière malade ayant un GS mammaire interne positif, mais une aisselle indemne. Chez les malades à GS négatif, un recul moyen de 4 ans n’a montré aucune récidive axillaire sauf chez deux (une récidive locale et une métastase).
Une deuxième recherche de ganglion sentinelle apparaît donc justifiée dans certains cas de récidive homolatérale après chirurgie conservatrice chez des femmes dont la précédente recherche avait été négative.

Dr Jean-Fred Warlin

Référence
Intra M et coll. : Second axillary sentinel node biopsy for ipsilateral breast tumour recurrence. Brit J Surg., 2007 ; 94 ; 1216-9.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article