Cartographie lymphatique axillaire en cas d’antécédents de curage pour cancer du sein

Le curage  axillaire, en cas de cancer du sein, permet de régler le problème de  l’atteinte ganglionnnaire qui est un facteur pronostique classique. Ce curage est désormais de plus en plus conditionné par l’étude du ganglion sentinelle, relevant soit de la lymphographie isotopique après injection péri-aréolaire (ou péritumorale) d’un traceur colloïdal, soit encore après injection péritumorale per-opératoire de bleu de méthylène. Ces deux techniques peuvent d’ailleurs être combinées pour aboutir à un repérage optimal du ganglion. L’analyse histopathologique de ce dernier permet de poser plus sélectivement l’indication du curage. L’existence d’un curage ganglionnaire antérieur ou d’une chirurgie axillaire antérieure modifie a priori les conditions anatomiques et fonctionnelles dans lesquelles le repérage ganglionnaire va être effectué.

Une étude a inclus 30 femmes atteintes d’un cancer du sein inaugural (n=7) ou récidivant (n=23). Dans tous les cas, il existait dans les antécédents une dissection des ganglions lymphatiques axillaires ou une ablation du ganglion sentinelle. La cartographie lymphatique de cette région n’a identifié en moyenne que moins de deux ganglions (1,6 ; en moyenne, extrêmes : 1 à 3) chez 19 des 30 participantes (soit 63 %). L’ablation des ganglions lymphatiques a été réalisée au niveau du creux axillaire homolatéral (n=13), de la chaîne mammaire interne (n=2), de ces  deux derniers sites (n=2), de l’espace interpectoral (n=1) ou encore du creux axillaire controlatéral (n=1). Dans 4 cas sur 19, le ganglion sentinelle était envahi, alors qu’il était indemne dans les 15 autres cas.
Une dissection ganglionnaire axillaire, pratiquée dans 13 cas sur 15 n’a révélé aucune lésion maligne (faux-négatifs = 0). Une lymphoscintigraphie négative (p<0,001) et l’ablation d’au moins 10 ganglions lors de la chirurgie antérieure (p=0,02) ont été significativement associées à un échec de la cartographie lymphatique ultérieure. Cette dernière, quand elle fait suite à une chirurgie axillaire antérieure, fait preuve d’une exactitude indéniable, mais elle ne permet d’identifier qu’un nombre restreint de ganglions. Le drainage lymphatique devient en effet quelque peu imprévisible, du fait des remaniements post-opératoires. Dans ces conditions, il importe de recourir à la lymphoscintigraphie pour aboutir à une plus grande précision dans le repérage et l’identification des ganglions axillaires.

Dr Philippe Tellier

Référence
Schrenk P et coll. : Lymphatic mapping in patients with primary or recurrent breast cancer following previous axillary surgery. Eur J Surg Oncol, publication avancée en ligne le 24 décembre 2007.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article