Cancer du sein : pourquoi retrouve-t-on parfois plusieurs ganglions sentinelles ?

Le prélèvement du ganglion sentinelle (GS) est devenu une pratique de routine dans le cancer du sein (KS). Mais, même en combinant la technique au bleu et l’isotopique, on ne retire en moyenne pas plus de 2 GS, ce qui apparaît suffisant pour classer le KS. Il arrive cependant que ce nombre soit dépassé, aboutissant à un quasi-curage axillaire (CA).  Ce dernier n’améliore pas le pronostic vital tout en exposant à des séquelles locales (gros bras engourdis et peu mobiles). Si tous les GS identifiés doivent être enlevés, il est utile de connaître quels sont les facteurs, surtout ceux sur lesquels il est possible d’agir, influant sur le nombre de GS reconnus.

Les chirurgiens de Louisville (Kentucky) ont mené une étude sur 3 882 femmes opérées  (par 336 chirurgiens) entre 1 996 et 2 004, chez lesquelles ont été ôtés tous les GS « colorés » ou « chauds » rencontrés après injection de bleu ou de Te99 au niveau de la tumeur. La moyenne des GS enlevés a été de 2, mais 387 patientes (10 %) en ont eu plus de 4.
Des relations entre ce nombre de GS retrouvés et les caractéristiques des patientes et des tumeurs ont été recherchées.

Le facteur qui avait le plus d’impact sur le nombre de GS est apparu être le caractère palpable de la tumeur, le nombre de GS passant de 2,35 à 2,61 quand la tumeur devenait cliniquement perceptible. Le 2ème facteur influant sur le nombre de GS retrouvés était l’expérience du chirurgien en matière de GS, et ce nombre passait de 2,4 chez les débutants à 2,55 chez les « routards chevronnés ».

Quant aux facteurs associés à une découverte d’au moins 4 GS, recherchés en analyse uni et multivariée, 3 éléments entrent en jeu qui sont la palpabilité de la tumeur, la technique de l’injection des produits (on trouve davantage de GS après une injection intradermique que péritumorale) et, cette fois, le manque d’entraînement du chirurgien (ceux qui sont inexpérimentés ayant tendance à multiplier les prélèvements).

On peut conclure que les tumeurs palpables et les injections intradermiques de bleu ou de traceur sont des facteurs qui augmentent la probabilité de trouver davantage de ganglions sentinelles.

Dr Jean-Fred Warlin

Référence
Chagpar AB et coll. : Factors influencing the number of sentinel lymph nodes identified in patients with breast cancer. Amer J Surg. 2007 ; 194 : 860-5.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article