Traitement biomoléculaire du cancer du poumon

Prs. J.dE GREVE *, J.VANSTEENKISTE **, Drs I.DECLERCQ**, L.DECOSTER*

* Service d’Oncologie Médicale et Centre d’Oncologie, UZ Bruxelles (Belgique)
** Service de Pneumologie, UE Leuven (Belgique)

 

Le carcinome du poumon non-à petites cellules ou NSCLC est la principale forme de cancer du poumon; fréquent, il représente une cause de mortalité importante dans notre population.
Les traitements possibles sont la chirurgie, la radiothérapie et/ou la chimiothérapie. Les produits biomoléculaires offrent de nouvelles possibilités thérapeutiques. L’une des classes de produits déjà bien étudiées inhibe l’epidermal growth factor receptor (EGFR). Une seconde classe connaît également un certain succès: les anticorps dirigés contre le vascular endothelial growth factor (VEGF). Quelle est la place de ces nouvelles thérapies dans le NSCLC ?

 

En bref

Le traitement du carcinome pulmonaire non-à petites cellules (NSCLC) s’est amélioré mais la survie des patients dont la maladie a métastasé est encore limitée. De nouveaux traitements sont en cours d’évaluation. Deux groupes de produits biomoléculaires ont déjà été testés de manière relativement extensive. Les produits dont le développement est le plus avancé sont le géfitinib et l’erlotinib (anti-EGFR), ainsi que le bévacizumab (anti-VEGF).



À l’échelle mondiale, le carcinome pulmonaire est la cause la plus fréquente de mortalité d’origine cancéreuse. Chez les hommes, son incidence diminue progressivement mais chez les femmes, elle est toujours en hausse. Cette évolution reflète le comportement tabagique au cours des dernières décennies. Parmi les cas de cancer du poumon, 80% sont des carcinomes pulmonaires non-à petites cellules (NSCLC).

À la recherche de nouvelles thérapies

Ces 20 dernières années, les recherches d’une thérapie optimale permettant d’améliorer le pronostic du NSCLC ont été bon train. Le traitement actuel consiste en chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie ou une combinaison multimodale de ces éléments. Si la tumeur n’a pas encore métastasé en dehors du poumon, le traitement multimodal permet d’améliorer nettement les chances du patient. Pour les patients qui présentent déjà des métastases par contre, la survie reste très limitée.
De nouveaux traitements systémiques efficaces sont clairement nécessaires. Les médicaments biomoléculaires sont très prometteurs; on parle souvent de thérapie ciblée. Cette thérapie est généralement plus spécifique que la chimiothérapie; elle cible une protéine qui occupe une fonction de signalisation dans la croissance de la cellule tumorale pulmonaire. Toutefois, ces traitements sont pour la plupart très onéreux; ils devraient donc être utilisés de manière optimalement ciblée et sélective, ce qui signifie qu’ils doivent être réservés à des patients sélectionnés chez qui la cible détermine la croissance tumorale. En raison de leur spécificité, la toxicité de ces produits est, en règle générale, différente de celle de la chimiothérapie et souvent moindre. Il n’y a par exemple pratiquement pas de suppression médullaire.

GFR et VEGF

Deux groupes de produits biomoléculaires ont déjà été bien étudiés dans le NSCLC. Le premier est composé d’inhibiteurs de la tyrosine-kinase (ITK) de l’EGFR (epidermal growth factor receptor). Ces substances inhibent la tyrosine-kinase intracellulaire d’un récepteur de croissance et bloquent ainsi la transduction ultérieure du signal. Cela se solde par l’inhibition de la prolifération cellulaire et/ou l’apoptose. Parmi les ITK, le géfitiniba et l’erlotinibb sont ceux dont le développement en vue d’une application clinique est le plus avancé. Dans les deux cas, il s’agit d’un médicament oral qui doit être administré quotidiennement. Ces produits induisent une inhibition réversible du récepteur.
Le deuxième groupe de produits biomoléculaires est composé d’anticorps dirigés contre des facteurs de croissance, par exemple contre le VEGF (vascular endothelial growth factor). Le VEGF et ses récepteurs (VEGFR) jouent un rôle important dans la néogenèse de vaisseaux tumoraux. Le VEGF est fabriqué par les cellules tumorales. Les récepteurs se trouvent sur les cellules nécessaires à l’angiogenèse: les cellules endothéliales et les péricytes. Une surproduction de VEGF entraîne la formation de vaisseaux anormaux supplémentaires et débouche sur une maladie plus agressive. Dans le NSCLC, le bévacizumabc, un anticorps monoclonal dirigé contre le VEGF, est le produit dont le développement en vue de la pratique clinique est le plus avancé.

 

En bref

Chez les patients NSCLC dont la maladie a déjà métastasé au moment du diagnostic, la chimiothérapie améliore la survie et le contrôle des symptômes. L’adjonction de bévacizumab a un effet bénéfique supplémentaire mais tous les patients ne sont pas candidats à un tel traitement. D’importantes questions restent ouvertes: comment optimaliser la sélection des patients? Pendant combien de temps le bévacizumab doit-il être administré ?


 

Traitement de première ligne dans le NSCLC métastasé 

Au moment du diagnostic du NSCLC, la maladie a déjà métastasé (stade IV) chez au moins 45% des patients. En l’absence de traitement, leur survie médiane est de 4 à 6 mois; la survie à un an est inférieure à 10%. La chimiothérapie donne de meilleurs résultats qu’un traitement purement symptomatique, tant au niveau de la qualité de vie que de la survie.
Plusieurs platinum doublets (platine+gemcitabined, docétaxele ou vinorelbinef) donnent des résultats comparables. Avec un tel traitement, la survie médiane est de 8 à 10 mois et la survie à un an atteint 25 à 35%.
Par ailleurs, la chimiothérapie a un effet clairement démontré sur le contrôle des symptômes et l’amélioration de la qualité de vie.

Inhibiteurs de la tyrosine-kinase de l’EGFR

Plusieurs études de phase III conduites dans de grandes populations non sélectionnées ont tenté de déterminer si l’adjonction d’un inhibiteur de la tyrosine-kinase (ITK) de l’EGFR à la chimiothérapie standard améliorait les résultats. Les études INTACT (1,2) évaluaient le géfitinib et les études TALENT (3) et TRIBUTE (4) l’erlotinib. En Europe, ces produits ont été associés à la combinaison cisplatineg-gemcitabine (1,3) et en Amérique du Nord, à la combinaison carboplatineh-paclitaxeli (2,4). Dans aucune des 4 études, l’association de ces produits à la chimiothérapie n’a entraîné d’amélioration de la survie.
Chez des patients sélectionnés qui présentent une mutation active du gène EGFR, on a décrit des résultats prometteurs suite au traitement par ITK de l’EGFR en monothérapie.4bis Une étude semblable est actuellement en cours dans un centre belge (FIELT – first-line inhibitor of EGFR in lung cancer treatment). Avant de pouvoir tirer des conclusions définitives, ces résultats doivent d’abord être comparés à ceux du traitement standard (platinum doublets).

Le bévacizumab

L’adjonction de bévacizumab, un inhibiteur de l’angiogenèse, à la chimiothérapie standard de première ligne a donné de meilleurs résultats. Dans une étude randomisée de phase II, des patients atteints d’un NSCLC de stade avancé ont reçu soit l’association carboplatine-paclitaxel seule, soit du bévacizumab à la dose de 7,5 mg/kg ou de 15 mg/kg en plus de cette chimiothérapie (5). Dans le groupe recevant du bévacizumab, le score était meilleur mais chez 6 des 66 patients qui en faisaient partie (9%), on a vu apparaître une hémoptysie potentiellement fatale, qui a entraîné le décès de 4 d’entre eux. Chez les 6 patients, il s’agissait d’une tumeur à cellules pavimenteuses, située centralement, à proximité de grands vaisseaux.
Une étude de phase III a alors été lancée et, compte tenu des observations ci-dessus, les patients présentant un carcinome à cellules pavimenteuses ou des antécédents d’hémoptysie majeure ont été exclus (6). On a ainsi noté une amélioration significative de la réponse (35% contre 15%; p<0,001) dans le groupe de patients traités par bévacizumab en plus de l’association carboplatine-paclitaxel; dans ce groupe, on a également observé un allongement du temps jusqu’à la progression (6,2 contre 4,5 mois; p<0,001) et de la survie médiane (12,3 contre 10,3 mois; p=0,003) (figure 1).

 

  Figure 1
HR : Hazard Ratio.
Résultats d’une étude randomisée de phase III
comparant l’associationcarboplatine-paclitaxel + bévacizumab (Groupe CPB) 
à la même chimiothérapie + placebo (Groupe CP).
Le bévacizumab a induit une amélioration significative de la survie. (Sandler 2006).

Source: Sandler A, Gray R, Perry MC, Brahmer J, Schiller JH, Dowlati A, et al. Paclitaxel-carboplatin alone or with bevacizumab for non-small cell lung cancer. N Engl J Med 2006 Dec 14;355:2542-50.



Les effets secondaires typiques d’un traitement par bévacizumab étaient une hypertension, une protéinurie, une augmentation (provisoirement inexpliquée) de la neutropénie et de la thrombocytopénie, ainsi qu’une augmentation significative des saignements (4,4 contre 0,7%; p<0,001).
Dans l’étude AVAIL, une étude randomisée européenne, le bévacizumab a été ajouté à la dose de 7,5 ou 15 mg/kg à l’association cisplatine-gemcitabine. Ici aussi, on a observé une différence sur le plan du temps médian jusqu’à la progression mais elle était nettement moindre: 6,6 contre 6,1 mois (7).

Questions encore sans réponse à propos du traitement par bévacizumab

Quels sont les patients susceptibles de tirer profit d’un traitement par bévacizumab ? On ne dispose d’aucun marqueur biologique validé permettant de le prédire. Cela constitue le problème majeur pour l’introduction de ce médicament en pratique clinique. Plusieurs marqueurs ont été étudiés mais aucun n’a permis de faire la distinction, pas même les concentrations plasmatiques de VEGF.
La détermination de la durée optimale de ce traitement coûteux est un autre problème. L’administration de bévacizumab doit-elle être poursuivie à la fin de la chimiothérapie ? C’est ce qui a été fait dans les études cliniques. Cependant, on serait enclin à penser que cela ne se justifie pas puisqu’en monothérapie, le bévacizumab n’a aucun effet thérapeutique notable. Il se peut que ce médicament augmente surtout l’efficacité de la chimiothérapie. Il normalise la vascularisation intratumorale et réduit la pression interstitielle. La chimiothérapie peut ainsi mieux pénétrer dans la tumeur.

 

En bref

Dans le NSCLC récidivant, on administre actuellement du pémétrexed ou du docétaxel en chimiothérapie de deuxième ligne. En troisième ligne, l’erlotinib s’est révélé intéressant. L’amplification génique du gène de l’EGFR et l’expression de l’EGFR pourraient être des prédicteurs du succès thérapeutique.


 

Traitement des récidives dans le NSCLC métastasé

En cas de récidive d’un NSCLC, la survie médiane en l’absence de traitement est limitée à environ 4 mois. Dès lors, l’objectif du traitement complémentaire est d’allonger la survie moyenne et, simultanément, d’obtenir un contrôle adéquat des symptômes et le maintien d’une qualité de vie satisfaisante.
La chimiothérapie a conquis une place dans le traitement du NSCLC récidivant depuis les études de phase III à propos du docétaxel. Cette place a été confirmée par une récente étude de phase III de grande envergure. Dans cette étude, on a randomisé des patients présentant un NSCLC récidivant après un traitement de première ligne à base d’un dérivé du platine pour recevoir soit un traitement par pémétrexedj à la dose de 500 mg/m2, soit un traitement par docétaxel à la dose de 75 mg/m2. Dans les deux cas, on a observé un intervalle de 3 semaines entre chaque phase de traitement (8).
Le pémétrexed semblait avoir la même activité que le docétaxel mais était beaucoup mieux toléré. De manière significative, il était moins souvent associé à une neutropénie sévère ainsi qu’à une neutropénie fébrile; les patients devaient moins souvent être hospitalisés pour ces complications.

Le géfitinib

Dans des populations plus importantes atteintes d’un NSCLC récidivant, les premiers résultats cliniques d’une thérapie biomoléculaire ont été recueillis pour le géfitinib, un ITK de l’EGFR. Les résultats des études IDEAL 1 et IDEAL 2 (Iressa dose evaluation in advanced lung cancer) ont été publiés en 2003 (9,10). Des doses de 250 mg/jour et 500 mg/jour de géfitinib y étaient comparées. Le taux de réponse était de 12% à 19% et la survie de 6 à 8 mois, ce qui est comparable aux résultats observés sous traitement par docétaxel. La toxicité était en règle générale légère. On a surtout observé des diarrhées légères à modérées ainsi qu’un rash cutané qui a atteint le grade 3 chez moins de 10% des patients. L’interruption du traitement n’a été que rarement nécessaire.
Une grande étude randomisée (ISEL), portant sur le géfitinib administré en monothérapie après l’échec d’une ou deux lignes de chimiothérapie, s’est globalement soldée par un échec pour le critère de jugement primaire, à savoir la survie. Le développement du géfitinib n’a dès lors pas été poursuivi en Europe (11).

L’erlotinib

Avec l’erlotinib également, on a obtenu une réponse de 12,3% et une survie médiane de 8,4 mois, dans les premières études conduites dans le NSCLC réfractaire. La toxicité de ce produit était elle aussi légère, même si un peu plus marquée.

En 2005, une étude de phase III a été publiée à propos de l’erlotinib (12). Cette étude a englobé 727 patients présentant un NSCLC récidivant après
2 traitements chimiothérapiques ou après un seul traitement dans le cas où les patients ne semblaient pas capables de supporter la chimiothérapie de deuxième ligne classique. Après randomisation, les participants ont reçu soit 150 mg/jour d’erlotinib, soit un placebo. La survie médiane était de
6,7 mois sous erlotinib contre 4,7 mois sous placebo (p<0,001, figure 2).

 

  Figure 2
Étude randomisée de phase III portant sur l’erlotinib en traitement de 3e ligne ou en traitement de 2e ligne lorsque la chimiothérapie n’est plus possible. La survie est significativement meilleure sous erlotinib que sous placebo (Courbe en pointillée). Hazard ratio : 0,70 (p=0,001). (Shepherd 2005).

Source: Shepherd FA, Rodrigues Pereira J, Ciuleanu T, Tan EH, Hirsh V, Thongprasert S, et al. Erlotinib in previously treated non-small cell lung cancer. N Engl J Med 2005;353:123-32.



Les principaux effets secondaires de l’erlotinib étaient un rash cutané (sévère chez 9% des patients), des diarrhées (sévères chez 6%), une anorexie (sévère chez 9%) et de la fatigue (sévère chez 28%). Dans le groupe placebo, les principaux effets indésirables rapportés étaient une fatigue (sévère chez 20%) et une anorexie (sévère chez 5%).

Prédicteurs de la réponse

Comme on l’a déjà dit plus haut, cette forme de traitement doit être utilisée de manière optimalement ciblée et sélective. Il est dès lors important de connaître les prédicteurs de la réponse. Des données cliniques, il ressort que ce sont surtout les patients qui n’avaient jamais fumé et les personnes d’origine asiatique qui avaient la probabilité de réponse la plus élevée; la réponse était également meilleure chez les patients atteints d’un adénocarcinome et chez les patients de sexe féminin.

Dans une publication annexe, on a tenté de déterminer s’il existait un lien entre l’expression de l’EGFR par la tumeur et la réponse à l’erlotinib (13). Diverses formes d’expression ont été étudiées, notamment l’expression du récepteur sur la membrane cellulaire (via coloration immunohistochimique), l’amplification génique du gène de l’EGFR (via FISH) et la mutation génique (via séquençage des exons). Dans une analyse multivariée, l’expression de l’EGFR et l’amplification génique du gène de l’EGFR étaient associées à une probabilité plus élevée de réponse. Toutefois, le nombre d’échantillons disponibles pour analyse était trop faible pour se prononcer sur l’intérêt de la mutation du gène de l’EGFR.

Traitement de troisième ou de deuxième ligne ?

En tant que traitement de 3e ligne, l’erlotinib constitue clairement un progrès car la chimiothérapie a très peu à offrir dans cette situation. La place de l’erlotinib en tant que traitement de 2e ligne est moins claire. Il a été démontré que l’erlotinib donnait de meilleurs résultats qu’un placebo chez les patients qui ne peuvent plus supporter de nouvelle chimiothérapie. Chez les patients qui supportent encore une nouvelle chimiothérapie, le docétaxel ou le pémétrexed reste pour l’instant la norme, même s’il n’est pas exclu que les données modifient la situation à l’avenir.
Avant que les ITK de l’EGFR puissent être envisagés comme traitement standard en 2e ligne, il faut en effet que des études randomisées démontrent l’efficacité au moins égale de ce traitement par rapport au traitement standard actuel, à savoir la chimiothérapie. Des études de phase III sont en cours pour l’évaluer.
Une étude japonaise a tenté de déterminer si le géfitinib constituait un aussi bon choix que le docétaxel (14). La non-infériorité n’a pas pu être démontrée pour le critère de jugement primaire – la survie – bien que la réponse et la qualité de vie aient été meilleures sous géfitinib. Il est possible que la non-infériorité ait résulté d’un déséquilibre dans la suite du traitement, après l’étude.
Au cours du dernier World Congress on Lung Cancer (WCLC12, septembre 2007 à Séoul), on a présenté les résultats de l’étude INTEREST (Iressa non-small cell lung cancer trial evaluating respons and survival against taxotere) (6). Il s’agit d’une vaste étude randomisée de phase III à laquelle ont pris part 1 466 patients issus de 149 centres de 24 pays différents. Le géfitinib (250 mg/jour) a été comparé au docétaxel (75 mg/m2 toutes les 3 semaines) chez des patients présentant un NSCLC localement avancé ou métastasé, et réfractaire à la chimiothérapie à base de platine.

Le critère de jugement primaire – la non-infériorité de la survie avec le géfitinib – a été atteint. En outre, les patients traités par géfitinib présentaient nettement moins d’effets secondaires et une meilleure qualité de vie.

 

En bref

Chez les patients dont la maladie n’a pas encore métastasé, le traitement local (chirurgie ou radiothérapie) associé à une chimiothérapie constitue actuellement la norme. À côté des traitements anti-EGFR et anti-VEGF, on évalue actuellement l’immunothérapie dirigée contre l’antigène MAGE-A3, qui semble prometteuse dans certains cas.



NSCLC non métastasé

On traite chirurgicalement les patients atteints d’un NSCLC de stade limité (tumeur primitive inférieure à 3-5 cm; pas d’atteinte des ganglions lymphatiques). Pour les autres patients dont la maladie n’a pas métastasé, le traitement standard consiste actuellement en une association de traitement local et systémique. Dans les cas résécables, la chirurgie est généralement associée à une chimiothérapie et dans les cas non résécables, la chimiothérapie est associée à une radiothérapie.

Après résection complète, la survie à 5 ans est d’environ 40%. Grâce à la chimiothérapie adjuvante, elle peut être portée à environ 50%.
La chimiothérapie adjuvante réduit donc le risque de récidives mais cette chimiothérapie à base de cisplatine est souvent relativement toxique chez les patients ayant récemment subi une chirurgie pulmonaire. Si le traitement n’est pas bien supporté, cela peut donner lieu à un dosage sous-optimal et dès lors à une diminution de l’efficacité.

Thérapie biomoléculaire dans le NSCLC non métastasé

Actuellement, les traitements anti-EGFR et anti-VEGF sont également étudiés dans le NSCLC non métastasé. Ils sont évalués en tant que thérapie adjuvante après chirurgie et en association avec la radiothérapie. Une étude de phase III est en cours: elle compare l’association bévacizumab+chimiothérapie à la chimiothérapie seule en traitement adjuvant dans le NSCLC entièrement réséqué. Une autre étude de phase III (RADIANT) se penche sur la valeur de l’erlotinib.
Par ailleurs, des résultats prometteurs ont récemment été rapportés à propos de l’immunothérapie postopératoire dirigée contre l’antigène MAGE-A3. La protéine MAGE-A3 est tumeur-spécifique; les cellules normales ne l’expriment pas. Elle est présente dans environ 35% des cas de NSCLC.
Dans une récente étude randomisée de phase II, la probabilité de récidive a été réduite de 33% par l’administration postopératoire d’une immunothérapie MAGE-A3 chez des patients atteints d’un NSCLC MAGE-A3-positif totalement réséqué. Ces résultats sont comparables à ceux obtenus avec la chimiothérapie (figure 3) (15).

 

  Figure 3 –
Étude randomisée de phase II comparant l’immunothérapie MAGE-A3 postopératoire (en rouge) et un placebo (en bleu). Le graphique montre la survie asymptomatique depuis le moment de la chirurgie. Hazard ratio: 0,73 (p=0,10).

Source: Vansteenkiste J, Zielinski M, Dahabre J, Linder A, Malinowski W, Jassem J, et al. Multi-center, double-blind, randomized, placebo-controlled phase II study to assess the efficacy of recombinant MAGE-A3 vaccine as adjuvant therapy in stage IB/II MAGE-A3-positive, completely resected non-small cell lung cancer (NSCLC): final results. J.Clin.Oncol. 25 Suppl 18, 398S. 2007.



Une étude mondiale de phase III sera bientôt lancée pour évaluer l’effet de ce traitement chez des sujets postopératoires ayant ou non reçu une chimiothérapie adjuvante.

Conclusion

La thérapie biomoléculaire acquiert lentement une place dans le traitement du NSCLC.
En première ligne, dans le carcinome pulmonaire métastasé, l’administration de bévacizumab en même temps qu’une chimiothérapie s’est révélée particulièrement intéressante. Toutefois, ce traitement était associé à un risque majoré de décès suite à une hémorragie pulmonaire; il augmente également les coûts de manière substantielle. L’absence de marqueurs biologiques prédictifs et l’incertitude quant à la durée optimale du traitement sont d’autres problèmes majeurs associés au traitement par bévacizumab.
Dans le traitement de la récidive, la norme reste pour l’instant la chimiothérapie (au moyen de docétaxel ou de pémétrexed). L’erlotinib est un choix valable en traitement de 3e ligne. Chez des patients sélectionnés, il est également intéressant en traitement de 2e ligne, notamment chez les patients qui ne sont plus capables de supporter une chimiothérapie.
Chez un certain nombre de patients qui ont une probabilité très élevée de réponse aux ITK de l’EGFR, ce traitement est probablement aussi la meilleure option de deuxième ligne. Toutefois, les recherches sur les caractéristiques cliniques et moléculaires susceptibles de contribuer à la sélection des patients n’ont pas encore apporté suffisamment de clarté. Sur la base clinique, les patients qui n’ont jamais fumé constituent un bon groupe-cible. Aucun des marqueurs moléculaires n’a encore été suffisamment validé de manière prospective pour être déjà utilisable en pratique clinique.

Références

1. Giaccone G, et al. Gefitinib in combination with gemcitabine and cisplatin in advanced non-small cell lung cancer: a phase III trial (INTACT 1).
J Clin Oncol 2004;22:777-84.
2. Herbst RS, et al. Gefitinib in combination with paclitaxel and carboplatin in advanced non-small cell lung cancer: a phase III trial (INTACT 2).
J Clin Oncol 2004;22:785-94.
3. Gatzemeier U, et al. Phase III study of erlotinib in combination with cisplatin and gemcitabine in advanced non-small-cell lung cancer: the Tarceva Lung Cancer Investigation Trial. J Clin Oncol 2007;25:1545-52.
4. Herbst RS, et al. TRIBUTE: A phase III trial of erlotinib hydrochloride (OSI-774) combined with carboplatin and paclitaxel chemotherapy in advanced non-small cell lung cancer. J Clin Oncol 2005;23:5892-9.
5. Johnson DH, et al. Randomized phase II trial comparing bevacizumab plus carboplatin and paclitaxel with carboplatin and paclitaxel alone in previously untreated locally advanced or metastatic non-small cell lung cancer. J Clin Oncol 2004;22:2184-91.
6. Sandler A, et al. Paclitaxel-carboplatin alone or with bevacizumab for non-small cell lung cancer. N Engl J Med 2006 Dec 14;355:2542-50.
7. Manegold C, et al. Randomised, double-blind multicentre phase III study of bevacizumab in combination with cisplatin and gemcitabine in chemotherapy-naive patients with advanced or recurrent non-squamous non-small cell lung cancer (NSCLC): BO17704. J.Clin.Oncol. 25 Suppl 18, 967S. 2007.
8. Hanna N, et al. Randomized phase III trial of pemetrexed versus docetaxel in patients with non-small cell lung cancer previously treated with chemotherapy. J Clin Oncol 2004;22:1589-97.
9. Fukuoka M, et al. Multi-institutional randomized phase II trial of gefitinib for previously treated patients with advanced non-small cell lung cancer.
J Clin Oncol 2003;21:2237-46.
10. Kris MG, et al. Efficacy of Gefinitib, an inhibitor of the epidermal growth factor receptor tyrosine kinase, in symptomatic patients with non-small cell lung cancer. A randomized trial. JAMA 2003;290:2149-58.
11. Thatcher N, et al. Gefitinib plus best supportive care in previously treated patients with refractory advanced non-small cell lung cancer: results from a randomised, placebo-controlled, multicentre study (Iressa Survival Evaluation in Lung Cancer). Lancet 2005;366:1527-37.
12. Shepherd FA, et al. Erlotinib in previously treated non-small cell lung cancer. N Engl J Med 2005;353:123-32.
13. Tsao MS, et al. Erlotinib in lung cancer - molecular and clinical predictors of outcome. N Engl J Med 2005;353:133-44.
14. Niho S, et al. Results of a randomized phase III study to compare the overall survival of gefitinib versus docetaxel in Japanese patients with non-small cell lung cancer who failed one or two chemotherapy regimens. J.Clin.Oncol. 25 Suppl 18, 387S. 2007.
15. Vansteenkiste J, et al. Multi-center, double-blind, randomized, placebo-controlled phase II study to assess the efficacy of recombinant MAGE-A3 vaccine as adjuvant therapy in stage IB/II MAGE-A3-positive, completely resected non-small cell lung cancer (NSCLC): final results. J.Clin.Oncol. 25 Suppl 18, 398S. 2007.

Copyright © Patient Care Medecine Interne, décembre 2007

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article