Elévation des enzymes hépatiques chez les donneurs de sang

La stéatose hépatique non alcoolique est une affection qui semble de plus en plus fréquente, encore que sa prévalence ne soit pas exactement connue, dans la mesure où elle varie entre 10 % et 25 %, en fonction des données publiées. Elle se caractérise, d’un point de vue biologique, par une élévation significative des enzymes hépatiques, notamment alanine aminotransferase (ALT), aspartate aminotransferase (AST) et fréquemment glutamyl-transpeptidase (GGT). Sur le plan  échographique, le parenchyme hépatique est hyperéchogène, du fait d’une accumulation de graisse hépatique, alors qu’il n’existe aucune autre cause de maladie hépatique. C’est la biopsie qui permet le diagnostic positif de cette affection, volontiers associée à certains facteurs, tels le sexe, l’âge, les dyslipidémies, le diabète de type 2 et l’insulinorésistance. Il semble cependant que le facteur de risque le plus important soit d’ordre anthropométrique, en l’occurrence l’obésité notamment centrale.
Une étude de cohorte transversale réalisée en Grèce a inclus 3 063 donneurs de sang. Une élévation anormale des enzymes hépatiques a été mise en évidence dans 17,6 % des cas (alanine aminotransferase : 14,5 %, aspartate aminotransferase : 4,6 %, gamma-glutamyl-transpeptidase : 4,7 %). Ce désordre biologique a été plus fréquemment rencontré chez les sujets de sexe masculin, a fortiori en cas d'augmentation du poids corporel, de l'index de masse corporelle (IMC), du tour de taille et de hanches, ou encore de la circonférence du cou (p<0,001 pour chacune de ces variables, versus les sujets dont les enzymes hépatiques étaient normales). La prévalence des anomalies enzymatiques a été également associée à l’obésité abdominale (p<0,001) ou encore à la consommation d’alcool (p=0,001).
En analyse multivariée, l’élévation des enzymes hépatiques a été associée, indépendamment des autres variables, au sexe masculin, à l’élévation de l’IMC et du tour de taille.
Chez plus de 15 % des donneurs de sang grecs, il existe une augmentation significative des taux d’enzymes hépatiques qui semble résulter d’une stéatose hépatique non alcoolique. L’obésité centrale semble bien être significativement associée à cette affection hépatique souvent méconnue.

Dr Henri Barrat

Références
Papatheodoridis GV et coll . : High prevalence of elevated liver enzymes in blood donors: associations with male gender and central adiposity. European Journal of Gastroenterology & Hepatology 2007 ; 19 (4) : 281-7.


Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article