Infirmières scolaires : 15 jours pour s’inscrire au concours, c’est un peu court !

Paris, le mardi 26 février 2008 – Reprenant sans doute un leitmotiv aussi vieux que les rapports rendus publics dans ce domaine, le Défenseur des enfants, Dominique Versini, a insisté dans son dernier opus publié en novembre 2007 sur la nécessité d’augmenter « significativement » le nombre d’infirmières scolaires. Aujourd’hui ces infirmières sont 6 800, ce qui équivaut à une moyenne d’une professionnelle pour trois ou quatre établissements. Cette pénurie est d’autant plus regrettable que les missions des infirmières sont très nombreuses. Le Défenseur des enfants énumère ainsi : « assurer les soins courants, la prévention, le repérage des difficultés pouvant entraver la scolarité, l’hygiène et l’éducation à la santé ». A ces différentes tâches, s’ajoute depuis quelques années la lutte contre l’obésité. Le Syndicat national des infirmiers éducateurs de santé (SNIES) rappelait ainsi dans un communiqué envoyé au mois de décembre à Roselyne Bachelot que « depuis plusieurs années, la priorité est mise sur le calcul de la courbe d’indice de masse corporelle, intégrée au logiciel de gestion infirmier. Des statistiques annuelles nous permettent de mettre en évidence des pourcentages d’élèves en surpoids ou en obésité afin de suivre leur  évolution. Riches de ces données, les infirmières scolaires mettent en place des actions collectives ou individuelles d’éducation à la nutrition ».

« Extraordinaire et incompréhensible »

Afin de permettre aux infirmières de mieux répondre aux missions impérieuses qui leur incombent, la dernière loi de finances publiques conformément à la loi d’orientation et de programme pour l’avenir de l’école a prévu la création de 300 postes d’infirmières pour la rentrée 2008. Cette première étape vise à satisfaire l’objectif final qui suppose la création de 1 500 emplois sur cinq ans. Ainsi, les professionnelles intéressées par l’ouverture de ces nouveaux postes sont invitées à s’inscrire au concours depuis le 19 février et ce jusqu’au 4 mars. Ce court délai est aujourd’hui dénoncé par le Syndicat national des infirmières conseillères de santé (SNICS). « Il est extraordinaire et incompréhensible que l’inscription aux concours académiques de recrutement d’infirmières se déroule du 19 février au 4 mars seulement » écrit ainsi le syndicat qui remarque en outre que le fait que cette période « correspond aux congés scolaires, ne facilitera (…) pas l’inscription ». Aussi, le SNICS souhaite que l’Education nationale « allonge de quelques semaines » la période d’inscription et qu’elle multiplie les actions de promotion afin « d’attirer les infirmières et infirmiers » vers ce secteur.

A.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • fausse joie

    Le 27 février 2008

    C'est encore un des nombreux moyens du gouvernement pour freiner l'embauche d'infirmières : on ne leur laisse pas le temps de s'inscrire aux concours, on les sous paie, ou on donne les salaires de début et de fin de carrière sur internet pour bien les dégouter, on rabaisse leur niveau d'études, et après on a beau jeu de dire qu'il y a une baisse de vocation et/ou candidature alors qu'on organise volontairement la pénurie.
    Pour info une infirmière scolaire gagne 1000 euros/mois, et certaines offres d'emploi sur anpe.fr (surtout pour les maisons de retraites) propose un tarif horaire de 8,44 euros soit le smic!!! C'est surement comme cela qu'on règlera le problème de l'allongement de la vie, en n'ayant personne pour s'occuper de nos personnes agées!

    Nathalie Cox

Réagir à cet article