Fibrillation auriculaire : l’âge majore-t-il le risque de thrombus intra-auriculaire ?

La fibrillation auriculaire (FA) constitue un problème majeur en santé publique. Sa prévalence ne cesse d’augmenter du fait du vieillissement de la population mondiale. Le traitement anticoagulant qui repose sur les AVK est recommandé dans certains cas afin de réduire le risque de complications emboliques. En dépit du risque d’hémorragies, ce traitement est théoriquement indiqué chez le sujet âgé. Il n’est pas certain cependant que l’âge en lui-même soit associé à une augmentation du risque de thrombus auriculaire gauche et les recommandations actuelles relèvent plus de l’empirisme que des certitudes thérapeutiques. 
Une étude d’observation illustre la problématique actuelle. Elle a inclus 381 patients atteints d’une FA, répartis en 2 groupes en fonction de l’âge : (A) : < 75 ans (n=381) ; (B) ≥ 75 ans (n=124).

Léchographie transœsophagienne systématique a permis d’identifier un TOG chez 30 patients (7,9 %) , versus 8,1 % dans le groupe A et 7,2 % dans le groupe B (p= NS). Cette complication n’a pas été mise en évidence en cas de FA isolée.
La présence d’un TOG en cas de FA associée ou non à une valvulopathie ne semble pas être liée à l’âge du malade. Le principal facteur de risque serait en fait la cardiopathie sous-jacente. De ce fait, avant d’envisager un traitement anticoagulant chez le sujet âgé, il importe d’évaluer soigneusement le rapport bénéfice/risque qui dépend en partie de la pathologie cardiovasculaire associée, en se remémorant que certaines cardiopathies sont plus emboligènes que d’autres.

Dr Philippe Tellier

Référence
Mazouz B et coll. : Age alone is not a risk factor for left atrial thrombus in atrial fibrillation. Heart 2008 ; 94 : 197-9

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article