Comment traiter les aisselles des femmes porteuses de cancers du sein in situ à l’heure du ganglion sentinelle ?

Depuis la large diffusion de la technique du ganglion sentinelle, (GS) la morbidité de la chirurgie axillaire dans le cancer du sein (KS) a diminué. Dans le cas particulier du KS intra-canalaire in situ (CCIS), se posent la question de savoir quelles sont les malades qui doivent bénéficier d’une recherche de GS, et, en cas de positivité de celui-ci, s’il faut pratiquer un curage axillaire (CA).

Le risque d’avoir un GS positif au cours d’un CCIS est estimé proche de 10 % ; il s’agit en règle de très-petits ganglions (car proportionnés à la taille de la tumeur primitive). Partant de ce postulat, les auteurs ont inféré que l’examen histologique extemporané et le CA n’avaient guère d’intérêt dans le CCIS.

Pour le démontrer, ils ont repris les dossiers de tous les CCIS opérés entre 2001 et 2005. Les GS ont été repérés à la fois par la coloration au bleu et par traçage isotopique (Te99). Ces GS ont été soumis à un examen extemporané, puis à un examen histologique standard (hématoxyline éosine) et à l’immunohistochimie (IHC) par anticorps anti-cytokératine. Les ganglions réséqués au cours d’un éventuel CA ont été colorés à l’hématoxyline éosine.

Sur les 81 malades de la période, 49 (60 %) ont eu une chirurgie conservatrice et 32 (40 %) une mastectomie. La technique du GS a été pratiquée 77 fois (une malade l’a refusé et 3 ont eu ou avaient eu un CA).

En tout, on a trouvé 6 GS positifs, 4 par coloration, dont 2 étaient des macro et 2 des micrométastases, et  2 par IHC (le CCIS mesurait alors 15 mm). Après un recul de 16 mois, toutes les malades sont vivantes et sans récidives.

Il est notable que, sur les 6 GS positifs, un seul avait été accessible à l’examen extemporané avec coloration par hématoxyline éosine. Dans les 3 cas de macro-métastases dépistées par coloration, on a procédé à un CA, qui a ramené une moyenne de 17 ganglions par aisselle,  tous indemnes. L’examen extemporané n’a donc permis la découverte que d’un ganglion atteint sur 77, et a coûté 24 000$ (soit plus de 300$ par malade).
On peut en conclure que l’examen histologique est à réserver à des patientes sélectionnées et que le curage a un intérêt limité pour ces cancers in situ.

Dr Jean-Fred Warlin

Références
Gray RJ et coll. : The optimal management of the axillae of patients with microinvasive breast cancer in the sentinel lymph node era.
Amer J Surg., 2007;194:845-9.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article