L’acné n’est pas seulement… juvénile

L’acné est une des dermatoses les plus fréquentes, probablement considérée à tort comme l’apanage de la classe d’âge des 15 à 20 ans.

Des dermatologistes Nord-Américains ont tenté d’évaluer la prévalence de l’acné chez des adultes de 20 à 29 ans, de 30 à 39 ans, de 40 à 49 ans et de plus de 50 ans. Leur étude a porté sur 1 013 personnes qui ont été invitées à remplir des questionnaires au sein d’universités ou de complexes hospitaliers. Plus de 73 % d’entre elles indiquaient qu’elles souffraient d’acné et il s’agissait en majorité de femmes. La prévalence estimée de l’acné était ainsi respectivement de 51 % chez la femme versus 42 % chez l’homme dans la tranche d’âge 20-29, de 35 versus 20 % dans la tranche d’âge 30-39, de 26 versus 12 % dans la tranche d’âge 40-49 et de 15 % versus 7 % au-delà de 50 ans.

Que peut-on déduire de cette enquête qui reposait sur la perception propre aux patients  d’une éventuelle acné :
• D’une part, on note que, pendant de nombreuses années, les adultes ont toujours le sentiment de développer des lésions d’acné et qu’ils attribuent parfois à tort le moindre bouton à la persistance d’une acné.
• D’autre part, le sentiment d’avoir de la l’acné est plus net chez la femme que chez l’homme.
Ces informations apportent, aussi,  des éléments d’orientation pour développer des gammes de soins cosmétiques cutanés adaptées aux souhaits des adultes car la nature véritable des lésions considérées comme étant d’origine acnéique est probablement parfois discutable particulièrement au delà de la trentaine !

Dr Patrice Plantin

Référence
Colliers CN et coll. : The prevalence of acne in adults 20 years and older. J Am Acad Dermatol 2008 ; 58 : 56-9

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • l'acnée

    Le 18 mars 2008

    D'un point de vue bacteriologique il serait interessant de connaitre les germes en cause.
    Existe-t-il un lien avec les germes impliqués dans les maladies parodontales ?
    Existe-t-il une induction de tyrosines kinases qui, comme vous le savez, sont induites sur les coques de certains germes come les porphyromonas gingivalis.

    Je suis chirurgien dentiste et tente de demontrer le lien entre maladies gingivales et cancers du sein induits par des tyrosines kinases.

    jh.c 03.26.40.59.18
    2 bld roederer
    51100 Reims

Réagir à cet article