Identification d’un gène probablement impliqué dans les tumeurs testiculaires

PATZ1  est une protéine à doigt de zinc de découverte récente et qui agit comme un répresseur transcriptionnel affectant l’activité basale des différents promoteurs. Une équipe de biologistes cellulaires en Italie a produit des souris déficientes en gène PATZ1 afin d’approfondir le rôle biologique de cette protéine. Les souris mâle PATZ1 (-/-) étaient infertiles, suggérant le rôle crucial de ce gène dans la spermatogenèse. Systématiquement, la plupart des testicules adultes de ces souris contenaient seulement quelques spermatocytes, associés à une augmentation de l’apoptose et une absence complète de spermatides et de spermatozoïdes, avec perte de leur structure tubulaire. L’analyse de l’expression de PATZ1, par northern blot, western blot et immunohistochimie a montré que la protéine était présente dans les cellules de Sertoli, et, parmi les cellules germinales, exclusivement dans les spermatogonies.

PATZ1 ayant été « pointé » comme un gène suppresseur de tumeur potentiel, les chercheurs ont également testé son expression dans les tumeurs dérivant des cellules germinales testiculaires (TGCTs). Bien que l’expression de la protéine PATZ1 était augmentée dans ces tumeurs, la protéine était délocalisée dans le cytoplasme, suggérant une altération de sa fonction.

Ces résultats montrent que PATZ1 joue un rôle crucial dans la gamétogenèse mâle normale, et que son augmentation ainsi que sa délocalisation peuvent être associées au développement de tumeurs testiculaires de la lignée germinale.

Dr Arielle Lellouch-Tubiana

Références
Fedele M et coll. PATZ1 gene has a critical role in the spermatogenesis and testicular tumours. J Pathol, 2008 publication avancée en ligne le 10 janvier

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article