Co-transplantation de cellules souches mésenchymateuses et de cellules souches hématopoïétiques dans les hémopathies malignes : un mauvais plan

Les cellules souches mésenchymateuses (MSC) sont des cellules souches adultes de la niche hématopoïétique capables de différenciation vers différentes lignées, osseuses, cartilagineuses, adipeuses, et stromales. L’intérêt vis-à-vis de ces cellules est grand en matière de médecine réparatrice. Une autre application potentielle de ces cellules concerne l’allogreffe de cellules souches hématopoïétiques (CSH) du fait de leurs propriétés immunosuppressives in vitro notamment vis-à-vis de lymphocytes alloréactifs, et des essais testant leur utilité dans les maladies du greffon contre l’hôte résistantes aux immunosuppresseurs conventionnels ont été réalisés. L’étape suivante était d’évaluer leur potentiel dans un contexte préventif et non curatif bien que certaines études murines aient suggéré un effet promoteur de la croissance tumorale et que l’expansion en culture de MSC humaines ait révélé un certain degré d’instabilité génétique.

Cette équipe chinoise présente les résultats d’un essai pilote dans lequel 30 patients avec indication d’allogreffe de CSH géno-identiques pour hémopathie maligne (LAM en majorité mais aussi LMC, LAL, MDS et 1 lymphome) ont été randomisés pour soit une greffe avec administration simultanée de MSC issues du même donneur soit une greffe de CSH seules.  Les greffons étaient majoritairement des cellules souches périphériques, le conditionnement de greffe comportait une irradiation corporelle totale et du cyclophosphamide. La prophylaxie de la GVH comportait classiquement du méthotrexate et de la ciclosporine. A priori, les MSC en culture pour expansion n’ont subi qu’un seul passage avant injection intraveineuse et les doses administrées ont été variables, en médiane 3,4x105/kg (0,3-15,3).

Après la greffe, les délais de récupération neutrophile et plaquettaire ont été comparables dans les 2 groupes (médianes respectives de 15 et 16 jours pour les neutrophiles et 30 et 27 jours pour les plaquettes). L’incidence de la GVH aiguë de grade II-IV et III-IV a été de 11 et 0 % dans le groupe avec MSC et de 53 et 0 % dans le groupe sans MSC. L’incidence de la GVH chronique a été difficile à comparer entre les 2 groupes puisqu’un seul patient a survécu au-delà de J90 dans le groupe avec MSC. L’incidence des infections ne différait pas entre les 2 groupes. Dans le groupe avec MSC, 60 % des patients ont rechuté dans un délai médian de 63 jours contre 20 % dans le groupe sans MSC et dans un délai médian de 177 jours (significatif). Avec un suivi médian de 36,6 mois (0,6-44), la survie sans rechute est de respectivement 30 et 67 % et la survie globale de 40 et 67% dans les groupes avec et sans MSC. Les caractéristiques des hémopathies malignes à la greffe (type de leucémie, phase pour les LMC, greffe en première RC ou non) semblent suffisamment comparables pour ne pas influencer le taux de rechute post greffe.

Pourquoi ces résultats peu encourageants voire affolants ? Est-ce simplement la répétition de l’expérience ancienne de la T-déplétion systématique des greffons puisqu’à l’heure actuelle nous ne sommes toujours pas capables d’éliminer la GVH sans affecter l’effet GVL (graft versus leukemia).  Du reste, ces 2 effets sont-ils réellement dissociables ? Est-ce parce que les MSC injectées ont créé un stroma favorable à la croissance des cellules leucémiques résiduelles ? Ces hypothèses ne sont pas mutuellement exclusives. Même si cet essai est un pilote, les résultats présentés devraient légitimement freiner les ardeurs des allogreffeurs et « thérapeutes » cellulaires.

Dr Delphine Rea

Référence
Ning H et coll. : The correlation between cotransplantation of mesenchymal stem cells and higher recurrence rate in hematologic malignancy patients : outcome of a pilot clinical study. Leukemia. 2008 ; 22 : 593-599.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article