Le tamoxifène serait moins bien toléré chez les fumeuses

Le tamoxifène fait partie du groupe des Selective estrogen receptor modulators (SERM) utilisés comme traitement adjuvant chez les patientes atteintes de cancer du sein (KS) à récepteurs hormonaux (RH) positifs. Les SERM se fixent en particulier sur les récepteurs aux œstrogènes. Le TMX, dans les KS à RH +, augmente la survie globale et spécifique, indépendamment de l’âge et du stade TNM.

Mais ce traitement est grevé d’effets secondaires gênants (bouffées de chaleur, sécheresse vaginale), ou gravissimes (cancer de l’endomètre, accidents thromboemboliques, accidents vasculaires cérébraux).
Pourquoi certaines femmes sont-elles victimes de ces inconvénients alors que d’autres y échappent ? L’ethnie et la consommation de tabac ont elles notamment un rôle ?

Pour tenter de répondre à ces questions, une étude transversale a été entreprise chez 76 femmes blanches et 62 afro-américaines, ayant entre 30 et 85 ans, prenant 20 mg/j de TMX depuis plus d’un mois avant leur inclusion, pour des KS de tous stades.

Deux tiers des femmes étaient en surpoids ou obèses, 19 % continuaient de fumer, 38 % avaient des antécédents de tabagisme, et 43 % n’avaient jamais touché à la cigarette. La proportion des obèses et des fumeuses était triple chez les Noires par rapport aux Blanches (63 et 29 % vs 21 et 10 %) ; les premières étaient aussi plus souvent hypertendues.

Quatre femmes sur 5 ont décrit des effets indésirables liés au TMX, avec une prédominance pour les bouffées de chaleur (72 %).

L’incidence des effets secondaires du TMX ne différait pas significativement en fonction de l’ethnie, et ces effets n’étaient d’ailleurs pas de même type (les Noires ayant plus de céphalées et moins de sécheresse vaginale).

En revanche, chez les femmes continuant de fumer, le risque de céphalées était multiplié par 14, celui de dépression par 8,7 et celui de nausées par 7 par rapport aux non-fumeuses, ces chiffres persistant après ajustement en fonction de l’ethnie, de l’âge, du poids, du stade du KS et de la durée du traitement). Les autres complications du TMX (et notamment les métrorragies) n’étaient pas affectées par la consommation de tabac.
Il convient donc de prévenir les femmes sous tamoxifène des dangers du tabac et de leur suggérer de renoncer à celui-ci.

Dr Jean-Fred Warlin

Références
Zhan M et coll. : Profiles of tamoxifen-related side effects by race and smoking status in women with breast cancer. Cancer Detection and Prevention 2007 ; 31 : 384-90.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article