Cancer colorectal : une chimiothérapie péri-opératoire est-elle utile en cas de métastases hépatiques résécables ?

Des métastases hépatiques sont détectées chez 40 à 50 % du million de patients chez lesquels un cancer colorectal est diagnostiqué chaque année dans le monde, et la résection de ces métastases, lorsqu’elle est possible, permet une survie approchant 35 %. L’évolution est  néanmoins grevée d’un taux de récidive élevé, de 75 %, qui pourrait être réduit lorsque chirurgie et chimiothérapie sont combinées. Un essai multicentrique international a été mené, comparant, chez des patients ayant un cancer colorectal, les résultats d’une chimiothérapie par FOLFOX 4 (folinate de calcium, fluorouracil, oxaliplatine) combinée à la chirurgie à ceux de la seule chirurgie des métastases hépatiques résécables.

Cet essai, l’EORCT (European Organisation for Research and Treatment of Cancer) Intergroup trial 40983, randomisé contrôlé, a porté sur 364 patients âgés de 18 à 80 ans, recrutés, entre octobre 2000 et juillet 2004, dans 78 hôpitaux d’Australie, de Belgique, de France, d’Hong Kong, d’Italie, de Norvège, de Suède, des Pays-Bas et du Royaume-Uni. Ces patients, qui avaient un cancer colorectal histologiquement documenté et de 1 à 4 métastases hépatiques potentiellement résécables, sans tumeur extra-hépatique détectable, ont soit reçu, après tirage au sort, 6 cycles de FOLFOX4 avant et 6 cycles après chirurgie (groupe avec chimiothérapie péri-opératoire, n = 182 patients) chaque cycle durant 14 jours, le cycle suivant débutant à J15, soit été traités par chirurgie seule (n = 182). Dans le groupe avec chimiothérapie péri-opératoire, la résection hépatique été effectuée de 2 à 5 semaines après la dernière administration de la chimiothérapie préopératoire et lorsque les patients avaient complètement récupéré des effets secondaires de la chimiothérapie.
L’objectif principal était la détection d’un ratio de risque de 0,71 ou moins pour la survie sans progression de la maladie.

Dans le groupe avec chimiothérapie péri-opératoire, 151 patients (83 %) ont eu une résection des métastases hépatiques après un nombre médian de 6 cycles (extrêmes : 1-6 cycles) et chez 115 (63 %) le nombre médian de cycles après chirurgie a été de 6 (1-8 cycles) ; 152 patients (84 %) du groupe avec chirurgie seule ont eu une résection des métastases hépatiques.

Au total 139  patients sont décédés, 64 dans le groupe avec chimiothérapie péri-opératoire, 75 dans le groupe traité par seule chirurgie.
Le ratio de risque pour la survie sans progression était de 0,79 [0,62-1,02 ; p = 0,058) chez tous les patients randomisés, soit un accroissement absolu du taux de survie sans progression de la maladie, à 3 ans, de 7,3 %, [de 28,1 % (21,3-% 35,5) à 35,4 % (28,1-42,7)] sous chimiothérapie, et une augmentation de la survie médiane sans progression de 11,7 mois à 18,7 mois.   
Le ratio de risque était de 0,77 (0,60-1,00 ; p = 0,041) chez les patients éligibles, soit un accroissement de 8,1 % du taux de survie sans progression  à 3 ans, [de 28,1 % (21,2-36,6) à 36,2 % (28,7-43,8)] sous chimiothérapie.
Le ratio de risque était de 0,73 (0,55-0,97 ; p = 0,025) chez les patients ayant eu une résection, et le taux de survie sans progression à 3 ans, était accru de 9,2 %, [de 33,2 % (25,3-41,2) à 42,4 % (34,0-50,5)].
L’analyse montre une survenue de complications postopératoires réversibles plus fréquente après chimiothérapie qu’après chirurgie [25 % (40 sur 159 patients) versus 16 % (27 sur 170 patients) ; p = 0,04] et, après l’intervention, 2 décès ont été enregistrés dans le groupe traité seulement par chirurgie et 1 décès a été recensé dans le groupe avec chimiothérapie péri-opératoire.

Dans cet essai, qui confirme l’importance de la prise en charge multidisciplinaire des patients ayant des métastases d’un cancer colorectal, la survie à 3 ans sans progression n’a pas augmenté significativement avec l’adjonction de la chimiothérapie péri-opératoire (28,1 % versus 35,4 %), tandis que l’accroissement absolu des taux de survie à 3 ans sans progression, de 8 % chez tous les patients éligibles et de 9 % chez ceux ayant eu une résection, était significatif, au prix d’une mortalité opératoire inférieure à 1 % dans les 2 groupes  thérapeutiques.

Dr Claudine Goldgewicht

Références
- Nordlinger B et coll. Perioperative chemotherapy with FOLFOX4 and surgery versus surgery alone for resectable liver metastases from colorectal cancer (EORCT Intergroup trial 40983) : a randomised controlled trial. Lancet 2008 ; 371 : 1007-16.
- Kopetz S, Vauthey J-N. Perioperative chemotherapy for resectable hepatic metastases. Lancet 2008 ; 371 : 963-4.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article