Un mauvais jus

La mangouste, Garcinia mangostana, ou mangoustan, est un fruit tropical utilisé traditionnellement à des fins médicinales dans le sud-est asiatique, qui serait doté de vertus anti-oxydantes très prisées dans le contexte actuel où les phytonutriments connaissent une vogue croissante. Le jus de ce fruit est désormais disponible hors des tropiques et, aux États-Unis, où il est commercialisé, une équipe rapporte un cas d’acidose lactique sévère attribué à la consommation de jus de mangouste comme complément alimentaire. 

Il s’agit d’un homme de 58 ans, atteint de sarcoïdose pulmonaire, de syndrome métabolique et de néphropathie chronique, venu aux urgences pour une toux d’intensité croissante et une dyspnée. Il a été hospitalisé, pour suspicion de pneumonie, lorsque, faisant suite à une HTA, une chute brutale, transitoire, de la pression artérielle est survenue, et les bilans effectués ont mis en évidence une acidose lactique. 

Une enquête a été menée, à la recherche de la source de cette acidose lactique. Le patient n’abusait pas d’alcool, ne se droguait pas, ne prenait pas de metformine. Les fonctions hépatiques étaient  normales, les enzymes cardiaques, la TSH et le cortisol, et la sérologie VIH aussi. Il n’y avait ni cétonurie ni cétonémie, les recherches sériques de paracétamol et de salicylés étaient négatives, et il en était de même pour les dosages d’éthanol, de méthanol, d’éthylène glycol, de méthémoglobine, de carboxyhémoglobine.
Seul argument  retrouvé : le patient avait entrepris de perdre du poids et, pour ce faire, buvait depuis 12 mois, quotidiennement du jus de mangouste, dont la bouteille contenait 250 mg de Garcinia mangostana, avec 25 mg d’alpha-mangoustine par once*.
Les taux de lactate sérique sont restés augmentés jusqu’au 5e jour d’hospitalisation, l’état de santé s’est amélioré et le patient est sorti à J6.

Bien que la relation causale directe entre cette acidose lactique et la consommation de jus de mangouste ne puisse être prouvée, ce cas attire l’attention sur les effets indésirables potentiels de l’utilisation de compléments alimentaires sous forme de plantes ou à base de plantes, que nombre de consommateurs croient sans danger. Dans le jus de mangouste plusieurs produits actifs ont été mis en évidence, l’alpha-mangoustine ayant les effets délétères mitochondriaux les plus puissants. Des inconnues persistent, et les auteurs notent, dans ce cas, l’impossibilité d’affirmer si l’alpha-mangoustine seule suffit à provoquer l’acidose lactique ou si une dysfonction mitochondriale innée ou acquise, démasquée par un stress, est nécessaire. Des recherches complémentaires s’imposent.

Dr Claudine Goldgewicht

Références
* 1 once = 28,349 g.
Wong LP et coll. Severe lactic acisosis associated with juice of the mangosteen fruit Garcinia mangostana. Am J Kidney Dis, Publication en ligne, 26 mars 2008.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article