Dépistage du cancer du col : ne pas oublier les seniors

Aux États-Unis, le nombre de nouveaux cas annuels de cancer du col utérin est estimé à 9 710, et 3 700 femmes meurent chaque année de ce cancer ; les femmes âgées comptant pour plus de 40 % de ces décès sans recommandations consensuelles quant au dépistage. Dans ce contexte, afin d’en savoir plus le cancer du col des seniors, des auteurs de l’université de Washington ont évalué, rétrospectivement, les données intéressant le cancer du col chez les femmes âgées de 60 ans et plus.

Ils ont soumis à analyse, en s’appuyant sur les données du registre des cancers de l’université de Washington, les informations concernant les femmes âgées de 60 ans et plus dont le cancer du col avait été diagnostiqué entre le 1er janvier 1993 et le 31 décembre 2003, en portant une attention particulière aux frottis, au stade au diagnostic de cancer du col, aux facteurs de risque de ce cancer, au traitement et à l’évolution globale.

Sur 645 patientes ayant eu un cancer du col identifiées, 15,5 % étaient âgées de 60 ans et plus, avec une médiane d’âge de 64 ans (extrêmes : 60-90 ans). Dans la population des 60 ans et plus, 64 % des femmes étaient blanches, 60 % avaient eu des métrorragies révélatrices, 48 % étaient fumeuses, 3 % avait eu une infection par le HPV, 1 % une infection par le HSV II, 1 % une maladie inflammatoire pelvienne.
Au moment du diagnostic, 41 cas étaient de stade précoce (1A1-1B1) et 59 de stade avancé (1B2-4B), avec une forte relation, significative, entre le délai écoulé depuis le dernier frottis, et le stade observé.

Le suivi moyen était de 22 mois (1-120 mois), le nombre moyen d’années écoulées depuis le dernier frottis était de 5,8 dans le groupe dont le cancer a été reconnu à un stade précoce, et de 9,3 dans le groupe à cancer avancé. Des métastases ganglionnaires ont été trouvées chez 65 % des patientes ayant un cancer cervical avancé. Une hystérectomie totale a été effectuée chez 29 patientes, 15 ont eu un traitement adjuvant,  22 ont été traitées par radiothérapie première, 49 ont reçu chimio-  et radiothérapie premières.
 
À la fin de la période d’étude, 77 patientes étaient en vie, dont 60 qui n’avaient plus aucune manifestation de la maladie. A noter qu’en cas de récidives, celles-ci touchaient, le plus souvent, le fond vaginal. En cas de dissémination, un envahissement lymphatique, pelvien ou abdominal, une atteinte hépatique ou des métastases pulmonaires ont été rapportés.
 
Quant à l’analyse des données, elle met en évidence une relation entre le résultat global et le stade tumoral et le délai écoulé depuis le dernier frottis, 20 des 23 décès étant dus au cancer du col.

Cette étude, la première, selon les auteurs, à avoir évalué la relation entre stade du cancer invasif du col lors de son diagnostic, et historique de dépistage des femmes âgées de 60 ans et plus, montre qu’une insuffisance de frottis cervicaux de dépistage est associée à la découverte d’un cancer du col plus avancé et à une survie sans maladie plus brève. Les auteurs insistent sur la nécessité de recommandations définies pour le dépistage du cancer du col chez les femmes âgées.

Dr Claudine Goldgewicht

Références
Fox KV et coll. : An evaluation of cervical cancer in women age sixty or over. Gynecol Oncol 2008 ; 109 : 53-8.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article