L’acide folique pour tous ?

La supplémentation de la nourriture en acide folique dans le but de prévenir les malformations du tube neural a été introduite il y a 10 ans en Amérique du Nord. Beaucoup d’autres pays réfléchissent à l’heure actuelle à l’adoption éventuelle de cette mesure sachant qu’elle suppose l’exposition de très nombreuses personnes à une consommation accrue en acide folique pour prévenir quelques cas de malformation du tube neural. Les bénéfices pour un petit nombre justifient-ils les effets nocifs éventuels pour un grand nombre ?

Les effets nocifs de l’acide folique sont en effets potentiellement nombreux. Chez l’animal, un régime riche en acide folique peut influencer la méthylation de l’ADN et des histones qui induisent des modifications phénotypiques pour les générations suivantes. Chez l’homme, une augmentation de la consommation d’acide folique entraîne une élévation des taux sanguins de folates et d’acide folique non métabolisé. Cette forte concentration d’acide folique dans le sang peut être associée à une réduction de la citotoxicité naturelle des cellules NK (lymphocytes natural killer) intervenant dans la réponse immunitaire. De plus, un taux élevé de folates peut réduire la réponse aux médicaments antifolates utilisés contre le paludisme, la polyarthrite rhumatoïde, le psoriasis et le cancer. Chez les personnes âgées, l’association d’un taux élevé de folates et d’un taux bas de vitamine B12 peut être corrélée à un risque accru de troubles cognitifs et d’anémie. Chez les femmes enceintes enfin, un taux élevé de folates peut entraîner un taux accru de résistance à l’insuline et d’obésité chez leurs futurs enfants. Sur le cancer, les folates ont un effet double, protecteur contre l’initiation du cancer mais facilitateur sur la progression et la croissance des cellules pré-néoplasiques et sur les nombreux cancers infra-cliniques.

Les pays considérant une prévention par l’acide folique doivent donc être prudents et y réfléchir à deux fois. Il serait peut être préférable d’attendre les résultats de recherches supplémentaires confirmant les effets bénéfiques et nocifs de la supplémentation en acide folique et bien peser le pour et le contre. Alors les autorités de santé compétentes pourront développer et appliquer la bonne stratégie pour l’ensemble de la population.

Dr Serge Brugier

Références
Smith AD et coll. : Is folic acid good for everyone ?
Am J Clin Nutr., 2008 ; 87 : 517-533.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article