Les antécédents de cancers colorectaux augmentent le risque de cancers urologiques… et inversement

Des cancers urologiques de types fort divers ont été associés aux cancers colorectaux (CCR), notamment ceux qui correspondent à la forme héréditaire sans polypes. Qu’en est-il dans la population générale ? C’est à cette question que tente de répondre une étude de cohorte rétrospective qui a reposé sur une vaste base de données, constituée entre 1973 et 2000, sous le nom de SEER (Surveillance, Epidemiology, and End Results). Les rapports d’incidence standardisés (RIS) ont été calculés à partir du nombre de cas attendus et observés de CCR pour chaque cancer urologique, en fonction de l’âge, du sexe, de l’ethnie et de l’année du diagnostic. Une analyse similaire a été effectuée pour les RIS de cancers urologiques en cas d’antécédent de CCR.

Globalement, le risque de CCR est apparu augmenté chez les patients atteints d’un cancer urétéral (RIS, 1,80) ou du bassinet (RIS, 1,44) plus particulièrement quand le diagnostic de la tumeur urologique avait été posé avant l’âge de 60 ans. En revanche, en cas de cancer du parenchyme rénal ou de la vessie, l’accroissement du risque de CCR ultérieur s’est avéré très faible.

Inversement, le risque de lésion urologique maligne (cancers du bassinet et urétraux, là encore) s’est révélé plus élevé après le diagnostic de CCR, avec un RIS de 1,24, de façon d’autant plus nette que le CCR était survenu  avant l’âge de 50 à 60 ans, ou en cas de tumeurs malignes colique ou rectales multiples.
Les antécédents de cancer du bassinet ou urétéral, notamment diagnostiqués avant 50 ou 60 ans sont donc associés à une augmentation de risque de CCR et de même des antécédents de CCR, particulièrement de tumeurs multiples, sont associés à un plus grand risque de néoplasies du bassinet et de l’urètre. Ces résultats plaident en faveur de mécanismes pathogéniques communs aux CCR et aux cancers urologiques. Des stratégies de dépistage spécifiques pourraient donc être recommandées, dans l’objectif de diminuer la mortalité et la morbidité liées à ces associations.

Dr Philippe Tellier

Référence
Calderwood AH et coll. : Association Between Colorectal Cancer and Urologic Cancers. Arch Intern Med. 2008;168 :1003-1009.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article