Où l’on ne peut toujours pas mettre les plaquettes au frais !

Pouvoir conserver des plaquettes à 4°C avant transfusion serait souhaitable car cela permettrait de prolonger la durée de stockage tout en évitant la contamination bactérienne. Néanmoins, les plaquettes gardées à 4°C et transfusées à l’homme ont une clearance très accélérée et perdent ainsi leur efficacité in vivo : de ce fait ce procédé de conservation a été abandonné. Jusqu’à présent, avant transfusion, les plaquettes sont conservées à une température ambiante de 22°C (± 2°C) sous agitation continue pendant 5-7 jours au maximum, ce qui oblige à des efforts logistiques importants pour répondre aux besoins transfusionnels. En cas de conservation au froid, les plaquettes subissent un changement de forme, reflet d’une activation, qui même prévenu par l’adjonction de cytocholasine B in vitro ne permet pas d’éviter l’accélération de leur clearance in vivo.

Comme l’ont démontré HH Wandall et coll. dans un travail antérieur, une des explications à ce phénomène, serait la clustérisation des complexes membranaires GPIb/IX/V qui exposent dès lors un glycan immature terminé par le motif -N-acétyl glucosamine (Glc Nac) reconnu par le domaine lectine des récepteurs M2 (aussi appelés CR3 ou Mac-1) présents sur les macrophages hépatiques, ce qui  entraîne une augmentation de la phagocytose plaquettaire par ces cellules. Chez la souris, comme chez l’homme, des plaquettes ayant subi une galactosylation enzymatique endogène (avec addition de UPD-galactose qui masque le motif -N-acétyl glucosamine) subissent  in vitro une phagocytose diminuée. En outre, une étude préalable in vivo chez la souris avait montré que des plaquettes conservées à 4°C pendant 2h mais galactosylées avaient une clearance prolongée (identique à celle de plaquettes conservées à température ambiante).

Dans cet article (1), les mêmes auteurs rapportent les résultats d’un essai de phase 1 sur l’efficacité de plaquettes transfusées après 48 h de conservation a) soit à 4°C après avoir subi une galactosylation b) soit à 4°C mais sans galactosylation c) soit à 22°C.
Quatre sujets (3 hommes, 1 femme) ont participé à l’étude. Toutes les transfusions étaient réalisées en autologue. Deux sujets ont reçu leurs plaquettes conservées à température ambiante ; deux autres ont reçu leurs plaquettes gardées à 4°C sans galactosylation. Puis afin de diminuer la variabilité inter sujets, après une période de wash-out, tous les sujets ont reçu leurs plaquettes conservées à 4°C après galactosylation. Pour les plaquettes conservées à température ambiante, la durée de vie a été trouvée de 6,8 j et 6,9 j ; pour celles conservées à 4°C elle n’était que de 2,9 et 2,8 j. Enfin contrairement aux résultats obtenus in vitro ou chez la souris, chez l’homme , après une conservation à 4°C certes plus longue de 48h , les plaquettes malgré une galactosylation préalable présentaient  une durée de vie très raccourcie de 2,8 ; 2,2 ;2,8 et 1 jour pour chaque sujet respectivement.

Ainsi si cette étude échoue à démontrer une efficacité du procédé de galactosylation sur la survie plaquettaire in vivo, elle montre toutefois sa faisabilité sans effet secondaire notable  ni développement d’autoanticorps.

Après avoir vérifié la persistance de la galactosylation  durant leur procédure, les auteurs concluent que l’exposition du motif -N-acétyl glucosamine n’est pas la seule modification induite par le froid au niveau des plaquettes. Le rôle d’une asialylation de glycoprotéines (en particulier de la glycoprotéine Ib) et de carbohydrates  membranaires devra par exemple être pris en considération dans les études futures. Le recours à un modèle murin humanisé pourra être d’une aide précieuse. Dans l’immédiat, la conservation des plaquettes à 22°C, sous une agitation continue reste la procédure recommandée ( comme depuis les travaux de Murphy rapportés il y a presque 40 ans !) (2).

Dr Sylvia Bellucci

Références
1) Wandall HH et coll :Galactosylation does not prevent the rapid clearance of long-term, 4°C- stored platelets. Blood, 2008; 111: 3249-3256.
2) Murphy S et al : Storage of platelet concentrates at 22°C. Blood 1970;35:549-557.
3) Lozano M: Platelets come back in from the cold. (Editorial). Blood, 228;111: 2951.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Conservation des plaquettes

    Le 03 juin 2008

    Vous avez écrit dans votre article "les plaquettes sont conservées à une température ambiante de 22°C (± 2°C) sous agitation continue pendant 5-7 jours" . Je me permets de préciser en enceinte thermostatée et de corriger la conservation est au maximum de 5 jours(étiquetage réglementaire des plaquettes que ce soit des CPA ou des plaquettes standard).
    Dr Martine Besse-Moreau

  • La réponse de la rédaction

    Le 04 juin 2008

    Je suis en complet accord avec cette remarque. Les conditions de stockage rapportées dans notre analyse étaient celles mentionnées par l'équipe ayant publié l'article original, différentes donc de celles habituellement pratiquées en France (il s'agit d'une étude rapportée par Wandall H.H et al. et d'un travail coopératif avec le centre de transfusion de Seattle).

    Dr Sylvia Bellucci

Réagir à cet article