Il existerait une relation linéaire entre taux de TSH et mortalité coronarienne chez la femme

Si l’on en croit les résultats de certaines études récentes, un déclin relativement modeste de la fonction thyroïdienne serait positivement associé aux facteurs de risque de maladie coronaire, mais aucune relation n’a été établie avec la mortalité imputable à cette dernière. Une étude de cohorte prospective réalisée en Norvège a étudié l’association entre les taux plasmatiques de TSH et le risque de décès imputable à la maladie coronaire.
L’effectif compte 17 311 femmes et 8 002 hommes indemnes de toute maladie thyroïdienne et de toute maladie cardiovasculaire, ou encore de diabète à l’état basal. Au cours d’un suivi d’une durée médiane de 8,3 années, la maladie coronaire a été à l’origine de 228 décès chez les femmes, versus 182 chez les hommes.

Au sein de ce groupe, les taux de TSH étaient situés dans l’intervalle de référence, en l’occurrence 0,50 à 3,5 mUI/l, ceci chez 192 femmes et 164 hommes. Globalement, les taux de TSH ont été positivement associés à la mortalité liée à une maladie coronaire (p=0,01). Cette tendance s’est avérée statistiquement significative dans le sexe féminin (p=0,005), mais pas dans le sexe masculin. Par rapport aux femmes dont les taux de TSH étaient dans la partie basse de l’intervalle précédemment défini (0,50 à 1,40 mUI/l), le risque relatif de décès lié à une maladie coronaire a été estimé à respectivement 1,41 en cas de valeurs intermédiaires de la TSH (1,5-2,4), et à 1,69 pour les valeurs supérieures (2,5-3,5 mUI /l).

Si l’on en juge d’après les résultats de cette étude de cohorte prospective, il semble exister une relation positive et linéaire entre les taux de TSH situés dans l’intervalle de normalité et la mortalité par maladie coronaire, uniquement chez les femmes.

Alors que les valeurs de la TSH sont élevées mais normales, alors qu’il n’existe aucune hypothyroïdie ni fruste ni cliniquement patente, il semble tout de même exister une relation entre ce signe purement biologique et le risque de décès par maladie coronaire.

Dr Philippe Tellier

Référence
Åsvold BO et coll. : Thyrotropin Levels and Risk of Fatal Coronary Heart Disease. The HUNT Study. Arch Intern Med. 2008;168 :855-860.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • TSH et mortalité coronarienne

    Le 04 juin 2008

    On ne nous dit pas s'il y avait corrélation entre la TSH et les fractions lipidiques, même si les deux se situaient dans les limites de la normalité.

    Dr Lucien Chouraki

Réagir à cet article