La consommation d’alcool maternelle pré-conceptionnelle et pendant la grossesse pourrait figurer parmi les facteurs de risque de leucémie de l’enfant

Les études publiées à ce jour concernant la relation entre leucémie de l’enfant et consommation d’alcool et de tabac des parents, ne sont pas homogènes et ne permettent pas de conclusion formelle. Des auteurs canadiens ont donc tenté à nouveau de préciser le rôle du tabagisme et de la consommation d’alcool des parents, avant la conception et pendant la grossesse, dans la genèse de la leucémie de l’enfant.

Pour ce faire, ils se sont fondés sur les données d’une vaste étude prospective, cas-témoins, mise en œuvre dans cinq provinces du Canada, visant à explorer les facteurs environnementaux, professionnels et génétiques de la leucémie de l’enfant, et ayant inclus tous les cas incidents de leucémie des moins de 15 ans survenus entre janvier 1990 et décembre 1994.

Au sein de cette étude, 399 paires cas-témoins ont été soumises à analyse. Les cas, identifiés via les registres du  cancer et les fichiers des centres d’oncologie pédiatrique de chacune des cinq provinces d’étude et confirmés par les dossiers d’hématologie et d’anatomo-pathologie, indemnes de trisomie 21 (en raison du risque accru de leucémie), ont été appariés aux témoins pour l’âge, le sexe et la région  de résidence.

Des entretiens en tête-à-tête avec les parents ont détaillé les données socio-démographiques, les antécédents médicaux, les expositions professionnelles et environnementales avant la conception de l’enfant et pendant la grossesse, le tabagisme quotidien et la consommation hebdomadaire d’alcool de la mère au cours du mois précédant la grossesse et pendant celle-ci, ainsi que le tabagisme et la consommation d’alcool du père au cours de l’année précédant la naissance et pendant la grossesse

La majorité des cas (88 %) avaient une leucémie aiguë lymphoblastique (LAL), 10 % avaient une leucémie aiguë myéloïde (LAM) et 2 % une leucémie non-LAL autre. La plupart (65 %) des LAL ont été diagnostiquées lorsque les enfants étaient âgés de 1 à 5 ans, la majorité (69 %) des leucémies non-LAL entre 6 et 14 ans.

Une association significative entre leucémie de  l’enfant et consommation maternelle d’alcool au cours la grossesse

Trente-six pour cent des mères des enfants atteints de leucémie ont rapporté avoir consommé de l’alcool au cours de la grossesse ; cette proportion était de 32 % chez les mères des enfants témoins. Parmi celles ayant consommé de l’alcool dans le mois précédant la conception, 51 % ont poursuivi cette consommation au cours du premier trimestre de la grossesse et pour 40 % et 39 % d’entre elles, la consommation d’alcool a continué aux deuxième et troisième trimestres respectivement.
L’analyse met en évidence une association positive, significative, entre consommation  maternelle d’alcool au cours de la grossesse et leucémie de l’enfant (odds ratio, OR = 1,39 IC à 95 % 1,01-1,93). Cette relation, qui persistait après ajustements sur les indicateurs socio-économiques et l’âge maternel à la naissance de l’enfant, est apparue dépendante de la quantité d’alcool consommée, le risque le plus élevé revenant aux enfants dont la mère avait consommé de une à deux unités de boissons alcoolisées par semaine.
L’analyse selon la date de consommation d’alcool par la mère ne montre d’association pour aucune période spécifique de la grossesse mais laisse apparaître un risque élevé de leucémie  pour la consommation d’alcool avant la grossesse (OR = 1,37 IC à 95 % 0,99-1,90).
L’analyse selon le type de leucémie montre une association entre LAL de l’enfant et consommation maternelle d’alcool à la fois avant (OR = 1,40 IC à 95 % 1,00-1,95) et pendant la grossesse (OR = 1,43 IC à 95 % 1,03-1,99), mais non entre LAM et consommation d’alcool à ces périodes.

Les OR pour le tabagisme maternel avant et pendant la grossesse dépassaient l’unité, de façon homogène, mais la relation n’est pas apparue statistiquement significative.

L’examen de l’effet conjoint alcool + tabac montre des OR de 1,50 (IC à 95 % 0,97-2,31) dans le mois précédant la grossesse et de 1,61 (IC à 95 % 1,05-2,48).

Pas de relation trouvée entre leucémie de l’enfant et tabagisme et consommation d’alcool du père

L’analyse n’a mis en évidence ni effet de la consommation d’alcool paternelle dans l’année précédant la grossesse (OR = 1,07 IC à 95 % 0,78-1,48), quels que soient le type d’alcool et la quantité hebdomadaire consommée, ni excès de risque de leucémie de l’enfant chez les enfants dont le père avait fumé (OR = 1,06 IC à 95 % 1,00-1,95), que l’analyse ait été effectuée selon la période d’intérêt (avant ou pendant la grossesse) ou selon la quantité de cigarettes fumées quotidiennement.

Cette étude, suggère une association, de même sens, entre leucémie de l’enfant et consommation d’alcool maternelle avant et pendant la grossesse, avec tendance à une relation dose-réponse lorsque la consommation hebdomadaire d’alcool croît, les relations persistant pour les cas de LAL mais non de LAM. Ces résultats nécessitent confirmation par des études complémentaires à grande échelle.

Dr Claudine Goldgewicht

Références
Mac Arthur AC et coll. Risk of childhood leukemia associated with parental smoking and alcohol consumption prior to conception and during pregnancy : the cross-Canada childhood leukemia study. Cancer Causes Control 2008 ; 19 : 283-95.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article