Prix du carburant : la goutte d’essence qui fait déborder le vase des ambulanciers !

Paris, le lundi 16 juin 2008 – Réduire la colère des ambulanciers à la seule hausse du prix du carburant reviendrait à passer sous silence les nombreuses autres revendications des transporteurs sanitaires et oublier qu’ils ont entamé de laborieuses négociations avec les pouvoirs publics et l’Union nationale des caisses d’assurance maladie (UNCAM) depuis octobre 2007, sans obtenir les résultats escomptés. Si les ambulanciers dont « les tarifs pratiqués (…) sont encadrés par l’assurance maladie » comme le rappelaient leurs syndicats dans un communiqué publié le 10 juin, sont mobilisés depuis plusieurs mois, c’est qu’à la hausse du prix du pétrole s’ajoutent pour eux de multiples autres charges. Pèsent ainsi sur eux l’obligation d’appliquer des nouvelles normes européennes forçant à l’achat d’autres véhicules ou tout du moins de pièces neuves et la répercussion de la progression des salaires et du SMIC et de l’augmentation de la taxe professionnelle. L’ensemble de ces coûts supplémentaires représente « une hausse de 22 % de nos coûts d’exploitation, soit 340 millions d’euros » ont calculé les ambulanciers, sans compter qu’ils doivent également se concerter avec les pouvoirs publics sur la question du temps de travail. Les négociations ouvertes en octobre sur ces différentes questions n’ont nullement abouti. Pourtant, les pistes seraient nombreuses à en croire la Fédération nationale des transports sanitaires (FNTS), la Chambre nationale des services d’ambulances (CNSA), la Fédération nationale des artisans ambulanciers (FNAA) et la Fédération nationale des ambulanciers privés (FNAP). Ces organisations proposent en effet différentes exonérations sociales et fiscales, telles que l’exonération de la taxe sur les salaires (qui représenterait 16 millions d’euros d’économie pour eux), des charges sociales URSSAF hors accident du travail (107 millions d’euros) ou de la compensation sur le gasoil (20 millions d’euros). Pour faire mieux entendre leurs revendications, les ambulanciers multiplient aujourd’hui les manifestations sur les routes. Entre 800 et 1 000 voitures ont ainsi encerclé ce matin le ministère de la Santé, tandis qu’un cortège d’une centaine d’ambulanciers avait perturbé plus tôt la circulation sur le boulevard périphérique intérieur à Paris.

A.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article