L’hépatite C de l’enfant est loin d’être une histoire banale

Du fait d’un nombre de cas assez limités et des particularités physiologiques propres à cette période de la vie, l’histoire naturelle de l’hépatite virale C (HVC) chez l’enfant n’est pas très bien connue.

L’objectif de cette équipe Italienne a donc été d’examiner l’histoire à long terme de l’HVC dans une large cohorte d’enfants, en bonne santé par ailleurs. Leur étude a inclus entre 1990 et 2005, 504 enfants consécutifs ayant une HVC chronique, dans 12 centres d’un observatoire national, pour être suivis de façon rétrospective et prospective.

Le mode de contamination supposé était périnatal chez 283 enfants (56,2 %), parentéral chez 158 (31,3 %), et inconnu chez 63 (12,5 %).
A l’inclusion dans l’étude 477 (94,6 %) enfants avaient une PCR du virus C positive, parmi lesquels 118 (24,7 %) ont reçu un traitement par interféron alpha standard.

Dix ans après la date de contamination présumée le devenir des 359 enfants ayant une PCR positive et n’ayant pas été traités était le suivant : 1) virémie indécelable chez 27 enfants (7,5 %) l’analyse statistique montrant que la clairance spontanée du virus est prédite de façon indépendante par le génotype 3 (hasard ratio 6,44 ; IC95 %: 2,7–15,5) et 2) virémie persistante chez 332 enfants (92,5 %)

Parmi ces 332 patients, 6 ont évolué vers une cirrhose décompensée, à un âge moyen de 9,6 ans. Ce groupe de 6 enfants incluait 5 enfants Italiens infectés dans la période périnatale par un virus de génotype 1a (4 des mères étaient utilisatrices de drogues).

Chez les enfants traités, 33 (27,9%) ont obtenu une réponse virologique prolongée.

Cette étude montre donc, avec un recul de presque 10 ans, que seule une infime minorité des enfants infectés par le virus de l’hépatite C éliminent leur virus spontanément et ceux qui le font sont principalement infectés par un génotype 3.

La persistance de la multiplication virale a abouti à une cirrhose décompensée dans un petit sous groupe caractérisé par une contamination périnatale, une toxicomanie maternelle et un génotype viral 1a.

Chez les enfants qui présentent ces caractéristiques, un traitement antiviral doit rapidement être envisagé.

Pr Marc Bardou

Référence
Bortolotti F et coll. : Long-Term Course of Chronic Hepatitis C in Children: From Viral Clearance to End-Stage Liver Disease. Gastroenterology 2008; 134: 1900-1907

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article